Partager

Frappé par la crise politico-sécuritaire depuis 2012, le Mali a signé son retour dans le concert des grandes Nations grâce à l’œuvre du Président Ibrahim Boubacar Kéita, qui, dès sa prise de fonction, a fait du rétablissement des relations diplomatiques son cheval de bataille. La perspicacité de l’homme a permis de renouer avec les partenaires du Mali.

A la suite des événements survenus en mars 2012, ayant entraîné l’occupation des deux tiers du pays par les jihadistes et narcotrafiquants, le Mali vivait une crise de méfiance de la part de ses partenaires qui ont non seulement arrêté tout investissement, mais aussi plié bagage, du fait de l’insécurité qui prévalait. Ce qui a constitué une grande menace existentielle contre le Mali, aggravée par le déplacement des populations du Nord vers les régions du Sud et à l’extérieur. Même la mise en place d’un régime de transition n’a pu convaincre les partenaires du Mali.

Arrivé au pouvoir le 4 septembre 2013, après être élu par un score historique de plus de 77% des Maliens, le président de la République, son Excellence Ibrahim Boubacar, n’a perdu une minute pour revendre son pays auprès de ses partenaires traditionnels et également pour faire la cour aux nouveaux.

Ainsi, dès les premières heures de sa prise de fonction à la Magistrature Suprême, Ibrahim Boubacar Keïta a pris son bâton de pèlerin pour sillonner le monde entier afin de rétablir les relations diplomatiques et de coopération.

Après l’ONU, le Président de la République a mis le cap sur le rétablissement des relations avec d’autres institutions internationales, notamment l’Union Européenne, l’Union Africaine, la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International.

Les voyages internationaux du chef de l’Etat, outils diplomatiques d’un pays, ont évidemment aidé le Chef de l’Etat à faciliter les relations avec son pays et éviter les différends diplomatiques.

Du Continent africain à l’Asie, en passant par l’Europe et l’Amérique, pour des rencontres de haut niveau ayant permis aux partenaires du Mali de lui renouveler leur confiance, le fairplay d’IBK a permis la tenue des conférences de donateurs à Paris, en 2015.

Alors, des milliards de FCFA ont été mobilisés pour venir au chevet du Mali. L’Afrique, Paris, New-York, Washington, Doha, Berlin, Pékin, Dublin, Ankara, pour ne citer que ceux-ci sont très confiants en le Mali.

Un diplomate européen établi dans notre pays, très revigoré des actions diplomatique du Président IBK, va jusqu’à dire :

«Jamais, un pays n’a aussi retenu l’attention des autres sur le régime actuel. Le Président de la République, IBK, est l’artisan principal de la belle image qu’affiche le pays au reste du monde. Aujourd’hui, les Maliens peuvent être fiers de leur pays courtisé de part et d’autres, tant sur le plan diplomatique, d’investissement, de coopération bilatérale que multilatérale… Il faut féliciter le Maître-Artisan pour ces liens rétablis, qu’est IBK».

Les visites du Président ont apporté et apportent plein de ” la valeur ajoutée” à la diplomatie malienne.

Partout, le Chef de l’Etat a eu le mérite de vanter le Mali et ses richesses, à même de servir de produits de partenariat.

Il s’agit du riz, du coton et de l’or dont le Mali en est un grand producteur. Mais aussi de l’adoption par l’Assemblée nationale du Mali de la loi relative au partenariat public-privé. Ce sont là des atouts qui ont incité les opérateurs économiques à investir au Mali.

Les résultats probants de la visite officielle du Président de la République, effectuée du 17 au 22 Avril

2017, au Royaume d’Arabie Saoudite, en est une illustration du renouveau diplomatique sous IBK.

A l’issue de cette visite, plusieurs projets de développement ont reçu l’assentiment des plus hautes autorités saoudiennes, à savoir la construction d’un hôpital de troisième génération, la construction d’un quatrième pont à Bamako, la réfection de la route Sévaré-Gao, la construction de l’aéroport de Kidal et la réalisation de la route Bourem- Kidal-frontière algérienne.

En outre, certains projets routiers seront planifiés, notamment Fana-Massigui,

Douentza-Tombouctou, Sadiola-Kéniéba, etc.

Aussi, des trains voyageurs seront remis en circulation sur la voie ferrée Bamako-Kayes.

Dans la même dynamique, de nouvelles Missions diplomatiques et consulaires sont ouvertes et seront rendues plus visibles cette année.

Rendre le Mali plus attractif en 2017-2018

Obéissant au Projet présidentiel « Le Mali d’Abord », le Gouvernement, a promis le PM Abdoulaye Idrissa Maïga dans sa DPG, intensifiera ses efforts qui seront résolument tournés vers le renforcement de l’action diplomatique pour garantir la paix et la sécurité, la mobilisation des partenaires bilatéraux et multilatéraux, ainsi que de tous les Maliens pour une participation active à l’effort du développement national.

La Conférence des Ambassadeurs qui se tiendra courant 2017 en fixera les jalons pour une meilleure promotion de l’intégration africaine, de la protection des intérêts économiques et de celle des Maliens vivant à l’extérieur.

La politique extérieure du Mali sera essentiellement mise au service du développement de notre pays.

Des opportunités seront saisies et permettront à notre pays de bénéficier de plus d’échanges économiques et commerciaux, tout en rendant la destination Mali plus attractive.

Les actions du Gouvernement porteront, au cours de la période 2017-2018, sur la relecture de la carte diplomatique et le renforcement de notre place dans le monde, la promotion des Maliens aux différents postes, au sein des Organisations internationales, régionales et sous-régionales, la tenue de la 11èmeConférence des Ambassadeurs et Consuls Généraux, le renforcement de la sécurité juridique de la diaspora malienne, l’implication de la diaspora dans le développement du Mali à travers le TOKTEN, la poursuite du processus de déploiement de la Force conjointe du G5 Sahel et la poursuite du processus d’élaboration de la Politique Nationale de Coopération au Développement.

La Diaspora au cœur de l’action diplomatique

Conscient que l’apport de la diaspora malienne est incontournable pour la reconstruction du Mali, le Chef de l’Etat n’a manqué de consentir des efforts pour que celle-ci soit protégée là où elle est, mais aussi pour qu’elle bénéficie des facilités d’investissements au pays.

Ainsi, le Gouvernement porte une attention spéciale aux appréhensions mais surtout aux difficultés de nos compatriotes vivant à l’extérieur.

«Nous veillerons à ce que les Maliens, vivant à l’étranger qui souhaitent venir s’installer au pays, puissent bénéficier de facilités les incitant à y investir. Le code des investissements, en cours de relecture, tiendra compte de cet engagement », a rassuré le PM AIM.

Sans risque de se tromper, la diplomatie malienne est sur les rails et ravive le cœur des Maliens qui ont obligation d’accompagner le Chef de l’Etat avec de bons actes.

Tel doit être le devoir de chaque Malien, qu’il soit de l’intérieur ou de la diaspora. Nous devons taire nos egos pour faire valoir notre pays auprès de ses partenaires. Car le Mali reste notre unique patrimoine.

Cyril ADOHOUN

L’Observatoire du 04 Septembre 2017