Partager


Les amis du président ATT organisés en associations vont-ils finir par s’entre-déchirer, et pourquoi? On ne peut s’empêcher de poser cette question, au regard des tensions perceptibles dans les rangs de certaines associations de soutien à ATT.


En effet, au moment où la jeunesse du Mouvement Citoyen accuse le Comité Exécutif National (CENA) du M.C. -dirigé par le ministre Hamed Diane Séméga- de vouloir semer la confusion au sein de l’opinion publique nationale, à travers la conception d’une structure appelée “Jeunesse du CENA du Mouvement Citoyen”,

le président d’honneur de l’Association Malienne de Reconnaissance et de Soutien à son Excellence Amadou Toumani Touré (AMRE-ATT), M. Mahamadou Boussiriou Maïga, et le président actif de ladite association, M. Idrissa Abdoulaye Maïga, se livrent une guerre de tranchées, pour le contrôle de l’association.

Tout est parti d’un communiqué de presse signé par le président d’honneur national, dans lequel il appelle les militants et sympathisants de l’AMRE-ATT à rester vigilants face aux vélleités de certains de vouloir à tout prix fondre l’associaton dans l’ADEMA.

L’Association Malienne de Reconnaissance à son Excellence Amadou Toumani Touré n’a pas et n’envisage pas se fusionner avec un parti politique ou association. Membre fondateur de l’Alliance des Mouvements et Associations de Soutien à son Excellence Amadou Toumani Touré (AMAS-ATT),

notre association est et demeure une association de reconnaissance et de soutien à son Excellence Amadou Toumani Touré, Président de la République, conformément à son objectif principal qui est d’élaborer et de mettre en oeuvre des activités devant soutenir le Président de la République”, s’insurgeait donc Mahamadou Boussiriou Maïga, président d’honneur national de AMRE-ATT.

Il n’en fallait pas plus pour susciter le courroux du président actif de AMRE-ATT, M. Idrissa Maïga, qui a dénié, au président d’honneur, toute qualité de décider de quoi que ce soit par rapport aux choix et orientations politiques de l’association.

M. Maïga confirme d’ailleurs que AMRE-ATT est effectivement en négociation avec l’ADEMA, et à un stade très avancé, en vue d’une éventuelle fusion. “Pour l’instant, c’est toujours la négociation qui continue”, a-t-il souligné.

Avec donc ce conflit de leadership au sommet, les responables de l’association étalent leurs divergences au grand jour et prouvent que le soutien sans faille aux actions du Président ATT est loin d’être le premier de leurs soucis.

Si tel n’est pas le cas, qu’est-ce qui peut bien justifier cette cacophonie au sommet de AMRE-ATT? L’association a-t-elle besoin de fondre dans l’ADEMA pour réaffirmer son soutien à ATT?

Le S.G. de l’ADEMA en serait l’instigateur

L’ex-ministre du Plan et de l’Aménagement du Territoire, et non moins Secrétaire Général du CE ADEMA n’éprouverait plus du mal à semer la division dans les rangs des associations de soutien à ATT.

En effet, d’après nos investigations, Marimantia Diarra serait l’homme qui est derrière le conflit larvé qui divise le président d’honneur et le président actif de AMRE-ATT.

Ce dernier serait fortement intéressé par les propositions juteuses de Marimantia Diarra, au cas où il accepterait de sacrificier l’identité de son association sur l’autel ADEMA. Or, pour le président d’honneur de l’association, accepter un tel deal serait l’anéantissement de tant d’efforts pour… rien, finalement.

Marimantia gagnera t-il son pari? Rien n’est moins sûr, d’autant plus que la réaction du président actif prouve qu’il est bien déterminé à aller jusqu’au bout de sa logique de fusion. Toujours est-il que AMRE-ATT n’est pas la seule association qui se trouve dans la ligne de mire de Marimantia Diarra.

En effet, nos sources nous confirment que certaines structures de la jeunesse du Mouvement Citoyen se sont déjà transformées (officieusement bien sûr, puisqu’elles n’ont rien notifié à la direction de la jeunesse M.C.) en structures ADEMA. D’autres, par contre, ne sont pas encore à ce stade, bien qu’elles aient déjà confirmé leur soutien à l’ADEMA, pour les prochaines joutes électorales.

Alors, question : les associations de soutien au Chef de l’Etat ont-elles perdu leur foi en ATT, pour envisager des fusions avec des partis politiques, bien que le Chef de l’Etat soit toujours au pouvoir? Politique politicienne, lorsque tu nous tiens !

Adama S. DIALLO

04 Juin 2008