Partager

La Coordination Nationale des Organisations Paysannes (Cnop) s’engage, à travers son projet « Agrifam », à améliorer les conditions de vie et de production dans les exploitations agricoles familiales. C’est dans cette dynamique de proposition des options politiques et stratégiques de diffusion et d’adoption des innovations au sein des exploitations agricoles familiales que la coordination nationale des organisations paysannes a lancé dans notre pays le projet « Agrifam ».

Pour mieux cerner les contraintes liées à l’adoption des innovations et des technologies dans les exploitations agricoles familiales, le projet « Agrifam » tente de mieux connaitre leurs modes de fonctionnement et les services dont elles ont besoin, d’identifier les goulots d’étranglement à l’utilisation des résultats acquis à la suite des recherches et aussi de renforcer leurs capacités afin de faire un meilleur arbitrage pour le développement de l’agriculture familiale.

Selon le coordinateur du projet, Mohamed Coulibaly, « pour assurer les contributions effectives de l’agriculture à la croissance économique, l’augmentation et l’adoption des innovations techniques restent primordiales ».
Le projet se justifie par le fait qu’en Afrique de l’ouest, les acteurs du développement font face à un contexte de forte croissance démographique, de mondialisation, d’économie urbaine dynamique mais peu structurée, d’États disposant de ressources de plus en plus rares, des paysans majoritairement analphabètes et avec un fossé technologique de plus en plus large vis-à-vis de l’occident et des pays émergents.

Dans ce contexte, nourrir les populations urbaines et rurales devient plus complexe du fait des prix volatiles et élevés des produits agricoles, de la baise de la productivité et des contraintes dans la mise en œuvre des politiques agricoles dans les rares pays où elles existent.
Compte tenu de la spécificité des pays, la filière retenue pour notre pays est le riz pour la raison qu’il est l’aliment de base dans le pays. Le budget du projet est de 192.403 Dollar Us pour le Mali avec une période de trois ans.

Négus TRAORÉ

Le Soir de Bamako du 8 Octobre 2013