Partager

Pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des journalistes, l’ASSEP, en collaboration avec la Maison de la Presse, a lancé le Fonds de Solidarité de la Presse. La cérémonie de lancement a eu lieu le mercredi 31 décembre 2008 à la Maison de la Presse.

C’était en présence du chef du cabinet du ministère du Développement Social de la Solidarité et des Personnes Agées M. Diallo Danioko, du directeur du Fonds National de Solidarité, M. Adama Diarra, du représentant du ministre de la Communication et des Nouvelles Technologies, des représentants des associations de presse.

Ce fonds de solidarité de la presse aura pour objectif de mobiliser les ressources nécessaires au financement des projets concernant l’épanouissement social et professionnel du journaliste, de créer une chaîne de solidarité autour du journaliste et d’équilibrer le débat social et politique en donnant à la presse les moyens de sa maturité.


Des interventions

C’est pourquoi à la cérémonie de lancement du fonds, le président de l’ASSEP, M. Dramane Aliou Koné a souligné que l’heure est arrivée pour que la presse se prenne en charge. Avant de donner la parole à M. Aly Diarra, président du comité de pilotage du fonds de solidarité de la presse qui est chargé de la mise en route du fonds.

Selon M. Diarra, la mise en œuvre d’une telle organisation sociale, se doit d’être entretenue par les premiers acteurs, les premiers bénéficiaires, les hommes de médias. Ainsi, il les a invités à prêter une oreille sensible aux opportunités qu’offre, le Fonds de Solidarité de la Presse. Car, ce fonds servira à mobiliser des ressources financières pour le financement de projets à forte valeur sociale.

Selon lui, il a également pour objectif d’appuyer les projets sociaux, allant dans le sens de l’amélioration des conditions de vie et de travail du journaliste. Il a par ailleurs souligné qu’une Assemblée Générale Extraordinaire de l’ASSEP sera convoquée également pour débattre de ces questions pour que le mode de fonctionnement pratiques et les moyens soient dégagés pour sa mise en œuvre. M. Diarra a ajouté que cette démarche sera menée de concert avec les confrères de l’URTEL.

Il s’agit de la mise en place d’un cadre de solidarité fructueux, à savoir, la Mutuelle Générale de Solidarité de la Presse malienne, en abrégé, Mugespersse dont le délai de mise en oeuvre est le 3 mai 2009, date de la célébration de la Journée Internationale de la Liberté de la Presse. Ce jour est prévu également pour célébrer les partenaires qui nous auront tenu chemin, au cours d’une soirée gala dénommée, LA NUIT DES Balanzans, a-t-il précisé.

Le directeur du Fonds National de Solidarité

Dans son intervention le directeur du Fonds National de Solidarité M. Adama Diarra a félicité l’ASSEP pour cette belle initiative. Car, selon lui, pour bien travailler le journaliste doit être à l’abris des stress sociaux. Ainsi, il a invité les initiateurs à approcher le ministère du Développement Social de la Solidarité et des Personnes Agées qui oeuvre dans le même sens.

Avant d’assurer de leur accompagnement technique, le représentant du ministre de la Communication et des Nouvelles Technologies M. Alfousseni Sidibé s’est réjoui de cet esprit nouveau d’entraide et de renforcement des liens de la presse malienne. Avant de saluer cette volonté d’agir pour le bien-être social et l’épanouissement du journaliste malien. Pour terminer, il a souhaité une bonne et heureuse année aux uns et aux autres.

Quant au chef de cabinet du ministère du Développement Social de la Solidarité et des Personnes Âgées, M. Diallo Danioko, il a surtout félicité les initiateurs avant de les assurer du soutien de leur département.


Dado CAMARA

05 Janvier 2009