Partager

Les gérants et les pétrisseurs des boulangeries étaient très nombreux, le samedi 17 février au Grand Hôtel de Bamako, à suivre la session de formation initiée depuis 2006 par les Grands Moulins du Mali (GMM) et la Jeune Chambre internationale du Mali. Le thème portait sur le pétrissage et les bonnes pratiques de panification. Sans oublier l’hygiène à moindre coût.

«Nous sommes très contents d’être parmi les invités de ce séminaire de formation organisé à l’intention des boulangers. Depuis 2006, nous participons à cette formation. Ce qui nous a beaucoup aidé dans le cadre de l’amélioration de nos produits au niveau de nos différentes boulangeries à travers Bamako. Je suis vraiment satisfait aujourd’hui de cette session de formation, puisque je suis convaincu que ça va toujours nous servir à l’avenir à améliorer nos produits destinés aux consommateurs». Voilà les impressions que nous avons recueillies auprès d’un des participants de la formation des gérants et pétrisseurs des boulangeries, organisée par la société des Grands Moulins du Mali (GMM) en partenariat avec la Jeune Chambre internationale du Mali. C’était le samedi 17 février dans la salle Kumablon, du Grand Hôtel de Bamako, remplie comme un œuf.

Cette formation, qui est l’une des premières activités des GMM, fait suite à six autres séries de formations courant 2006. Les thèmes de ces formations ont porté sur la farine, la fabrication du pain, l’hygiène et la gestion d’une Petite et moyenne entreprise. La formation du samedi dernier était axée sur « le pétrissage et les bonnes pratiques de panification », « l’hygiène à moindre coût« .

Si le premier thème a été présenté par Raymond Dômé de la société Puratos, partenaire belge, le second thème a été exposé par Dolo Somiké. Qui a fait l’état des lieux pour mieux pratiquer l’hygiène dans les boulangeries. Cela passe obligatoirement par la mise en place d’un certain nombre de méthodologies.

Le formateur Dolo Somiké définit l’hygiène, comme étant «toutes les dispositions qui sont nécessaires lors de la fabrication d’un produit alimentaire, de son stockage et de sa distribution afin de garantir la sécurité du consommateur». Une bonne hygiène doit passer obligatoirement par différents dispositifs.

Le personnel de l’entreprise est le premier concerné puisqu’il est l’élément essentiel de l’usine. La matière première, les locaux, la machine et la méthode pour faire un produit de consommation sont autant de facteurs qui jouent un rôle important dans le cadre de l’amélioration des produits.

Selon Dolo Somiké, «le personnel de l’entreprise doit avoir des tenues de travail adaptées à son milieu de travail et propres, une bonne propreté corporelle tout en évitant des cheveux abondants, des ongles non coupés».

Ce n’est pas tout. Puisqu’il « doit également avoir un comportement exemplaire comme: ne pas fumer, ne pas manger, ne pas cracher dans les lieux de production, de manutention et de distribution. Tout cela, c’est pour garantir la sécurité du consommateur« , a-t-il précisé.

S’agissant des locaux, ils doivent être nettoyés et désinfectés à tout moment. Il faut aussi respecter les bonnes pratiques de manutention en palettisant les sacs de farine et en maintenant les lieux secs et aérés.

A la fin de la formation, les gérants et pétrisseurs des boulangers sont sortis satisfaits. Le responsable du service marketing des GMM, Drissa Koné, estime que l’objectif recherché en organisant ces formations est tout simplement d’accompagner les boulangers en vue d’améliorer la fabrication du pain pour la commercialisation.

Le Centre de formation en boulangerie et pâtisserie bientôt inauguré

Il a saisi l’opportunité pour présenter la vision de la Fondation Emile Achkar dans le cadre de la création de la nouvelle école de formation des boulangeries.
Qui s’appellera Centre de formation en boulangerie et pâtisserie (CFBP). Cela, dans le souci de professionnaliser le secteur de la boulangerie au Mali.

Ce centre, comme l’a dit Drissa Koné, sera fin prêt dans les semaines à venir, probablement au mois de mai. Les travaux de construction sont aujourd’hui très avancés au quartier de la zone industrielle, plus précisément dans la même cour que la direction des GMM.

Alou BADRA HAÏDARA

19 février 2007.