Partager

La « culture pour vaincre la peur » : c’est la nouvelle démarche de l’Association malienne pour la sauvegarde de la culture Bellah (Ikewan).

L’Association malienne pour la sauvegarde de la culture Bellah (AMASCB ou Ikewan) a organisé mercredi une conférence de presse au Carrefour des jeunes.

Selon les explications de son président, Sbeyti Ag Akado, l’AMASCB a été créée pour apporter un plus au patrimoine culturel national. « Les Bellah sont une des composantes de la nation. Leur histoire et leur culture demeurent peu mal connue de leurs concitoyens ». Il a rappelé que la culture Bellah est une racine.

L’Association s’est fixée sur plusieurs objectifs, notamment rassembler sous l’identité de Bellah une communauté écartelée par les pesanteurs socio-économiques et culturelles multiples. « Car nous sommes frappés et interpellés par la peur et les réactions négatives que suscite l’appellation Bellah chez nos frères », a ajouté le président.

Selon le président Ag Akado, la culture Bellah est confrontée depuis plusieurs années à une conjoncture socio-économique et sécuritaire très dégradée. « Les populations assistent impuissantes à la léthargie, à la dispersion de leur culture ».

Les leaders de l’Association ont promis de tendre la main aux autres communautés, aux autorités politiques et religieuses, aux ONG et surtout à la presse pour une contribution qualitative à la promotion de la culture Bellah. « Nous sommes un peuple noir  formé par une union forcée ou consentie avec des populations autochtones », a souligné M. Ag Akado.

Comme activités prévues, il a annoncé une assemblée générale le 24 septembre et une soirée culturelle et artistique le 29 octobre 2016.

Adama Diabaté
Stagiaire

Du 8 Septembre 2016