Partager

Le budget 2024 de l’Agence malienne de presse et de publicité (Amap), constitué essentiellement de ses propres ressources financières, connaît une augmentation de 0,80% par rapport à celui de 2023.

C’est le moins qu’on puisse retenir à propos de la 45è session ordinaire du conseil d’administration de l’Agence malienne de presse et de publicité (Amap), tenue hier dans les locaux du département en charge de la Communication. Présidant la cérémonie d’ouverture des travaux, le ministre de la Communication, de l’Économie numérique et de la Modernisation de l’Administration, Alhamdou Ag Ilyene, a donné des consignes allant dans ce sens de la résilience face aux difficultés. Déjà, l’Agence persévère dans la voie de la résilience et planifie de transcender toutes les difficultés actuelles comme nous le recommande le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta.

Malgré les difficultés, l’Amap s’illustre de la plus belle des manières. En témoignent les félicitations du ministre de la Communication, de l’Économie numérique et de la Modernisation de l’Administration. Malgré le contexte socio-politique caractérisé par les contrariétés générées par la crise sécuritaire que vit notre pays, le président du conseil d’administration a noté avec un grand sentiment de satisfaction la résistance de l’Amap face à cette situation peu favorable.

Malgré les nombreuses difficultés, la publication régulière du Quotidien national est assurée. «L’Essor propose au public du lundi au vendredi un journal de 8.000 exemplaires et de 16 pages. Le site web du journal lessor.ml est régulièrement mis à jour suivant l’actualité très abondante et changeante», a apprécié le chef du département chargé de la Communication de notre pays. Mieux, l’information régionale est régulièrement publiée par le biais des correspondants basés dans les régions. Elle alimente à la fois aussi bien les publics que les médias privés. Toujours dans le registre de l’accessibilité de l’information, relèvera Alhamdou Ag Ilyene, le journal Kibaru produit des informations en langues nationales (bamanankan, fulfulde et soninké). Aussi bien sur le papier qu’en mode vidéo.

ÉDITIONS SPÉCIALES- En 2023, faut-il rappeler, l’Amap s’est révélée encore davantage avec ses éditions spéciales. À l’occasion du 62è anniversaire de la création de notre Armée nationale, l’Agence malienne de presse et de publicité a signé sa participation. Nous pouvons citer la publication, dans le Quotidien national l’Essor, d’un numéro spécial dédié essentiellement à la montée en puissance des Forces armées maliennes (FAMa) dans le cadre de la sécurisation de notre territoire et de la reconquête des zones sous emprise des terroristes.


Tout comme de la prise en charge des blessés ainsi que des familles des éléments des Forces de défense et de sécurité (FDS) tombés au champ d’honneur. Encore mieux, une édition spéciale de l’Essor a été publiée lors de la 63è anniversaire de l’accession de notre pays à l’indépendance. Cette édition parue le 21 septembre dernier a pris en compte tous les grands chantiers de la Transition dont les réformes en cours comme l’opérationnalisation des nouvelles régions de notre pays. Bref, les lecteurs admettent que le contenu de L’Essor évolue avec des grands reportages publiés de façon hebdomadaire surtout sur des sujets d’actualité et/ou de société. L’Amap continue à informer sainement le public sur l’actualité nationale et internationale.

«Je tiens à rappeler à ce propos combien le rôle de nos services publics d’information et de communication est primordial dans la guerre de l’information menée contre le pays. Il va sans dire que nos concitoyens attendent de la part de nos professionnels de l’information et de la communication une riposte appropriée», a insisté Alhamdou Ag Ilyene. Précisant que l’information produite par nos propres médias doit être un bouclier efficace contre la désinformation et la manipulation dont les ennemis du Mali sont passés maîtres pour ternir l’image du pays.

Le président du conseil d’administration promettra que l’appui de l’État ne fera pas défaut. Cette année, faut-il noter, l’Agence a bénéficié du soutien du gouvernement pour son approvisionnement en papier journal et autres produits d’imprimerie. «Cet appui sera renouvelé l’année prochaine également», a-t-il promis.

Une augmentation de budget de 0,80%- Équilibré en recettes et en dépenses, le projet de budget s’élève à plus de 2,3 milliards de Fcfa. La subvention de l’État est estimée à plus de 816 millions de Fcfa contre les ressources propres de l’Amap qui se chiffrent à plus de 1,4 milliard de Fcfa. Aussi, selon le ministre chargé de la Communication, le budget de 2024 de l’Agence connaîtra une augmentation de 0,80% par rapport à celui de 2023. Quoique l’apport de l’État soit substantiel, se réjouira-t-il, «nous sommes fiers que pour une grande partie, ce projet de budget est constitué de ressources financières que l’Agence va générer par ses activités commerciales». «Il appartient à la direction générale de faire preuve de créativité et d’imagination pour trouver les moyens financiers nécessaires à son plein fonctionnement. C’est le résultat que «j’attends d’elle», a instruit le patron du département de la Communication.

Le présent budget est adossé à un programme d’activités qui se décline en quatre objectifs. Il s’agit de la production des journaux quotidiens et des périodiques en français et en langues nationales ; l’animation, la modernisation et l’extension du réseau de l’Agence nationale de presse ; la promotion de la publicité. S’y ajoute la gestion des ressources financières, humaines et logistiques. Pour une bonne exécution de son programme d’activités, le ministre a instruit la direction générale de l’Amap de relever le défi du recouvrement des créances.


Sur ce point, a-t-il souligné, elle a besoin du soutien «de nous tous, membres du conseil d’administration». En effet, pour la seule année 2022, les créances en cours se chiffrent à plus de 215,4 millions de Fcfa. Pour les années antérieures à 2022, le cumul des créances est évalué à plus de 549,8 millions de Fcfa.

Les administrateurs, à travers le meilleur examen des documents soumis à leur attention, leurs conseils, suggestions et remarques de tous les jours, doivent aider la direction générale de l’Amap dans sa tâche de management.

Oumar DIAKITE

Source: L’Essor