Partager

Depuis son arrivée à la tête de ce département et malgré la multiplicité des problèmes, le ministre des Enseignements Secondaire, Supérieur et de Recherche Scientifique Amadou Touré a toujours privilégié le dialogue social comme étant la solution première de toutes les incompréhensions. En effet, notre pays est connu comme un exemple de démocratie basé sur l’écoute mutuelle, le respect de l’autre.

C’est dans ce cadre que le ministre a tenu à rencontrer le corps professoral de la Faculté des Sciences et Technique (FAST). Cette prise de contact a eu lieu au Rectorat de l’Université de Bamako le week end passé. C’était en présence du Recteur Mme Siby Jinette Belgarde et du Doyen de cette école Salikou Sanogo, président du comité préparatoire du Forum National sur l’éducation.

Objectif

Cette prise de contact du ministre Amadou Touré avec le corps professoral de la FAST a une grande importance. Parce que cette faculté est l’une des rares où le travail et la discipline restent toujours, même si quelques rares fois nous constatons à des incompréhensions entre les enseignants et l’administration ou entre eux et le gouvernement.

En organisant cette rencontre, il s’agissait d’une part de faire des discussions portant sur la loi qui parle des retenus sur les salaires en cas de grève et d’autre part le paiement des arriérés sur les avancements des enseignants.

Aussi, le corps professoral a souhaité que le gouvernement abroge cette loi qui, pour lui, constitue une mesure lourde et réduite fortement le revenu mensuel d’un enseignant. Pourtant ne dit-on que la loi est générale et impersonnelle? Surtout quand on sait bien que si la grève est un droit autant les enseignants ont aussi des obligations.

C’est la raison pour laquelle le ministre a expliqué aux enseignants que la loi est dure mais qu’il faut l’accepter comme telle. Quant au deuxième point, le ministre a assuré les enseignants de toute sa disponibilité pour la satisfaction de leurs conditions de vie et de travail.

Le doyen aux enseignants

Après le ministre, le Doyen de la FAST s’est adressé aux enseignants. Selon lui, les enseignants déposent toujours à la hâte les préavis de grève. Néanmoins, il leur a demandé de s’impliquer davantage sur le terrain, tel doit être d’ailleurs leur rôle primaire.

M. Sanogo a aussi déploré la façon de travailler du corps professoral et a souhaité qu’ils travaillent ensemble la main dans la main dans l’intérêt de la FAST et de l’école d’une manière générale.

Le Doyen a par ailleurs salué l’AEEM pour sa bonne compréhension pour êtrer restée en classe tout en revendiquant ses droits. Rappelons que les enseignants sont en congé et reprendront le travail le 10 novembre prochain.

En conclusion, le ministre, après avoir échangé avec les enseignants, a déclaré qu’il sait compter sur la bonne compréhension de tous les personnels de la Faculté des Sciences et Techniques (FAST) comme ils l’ont toujours fait.

Hady BARRY

20 Octobre 2008