Partager


Depuis Diéma où il se trouvait, le président Amadou Toumani Touré a réagi, dans une déclaration radiodiffusée, aux attaques dont nos postes militaires de Kidal ont fait l’objet hier matin.

Face à ces événements, le président Touré a appelé les Maliennes et les Maliens à l’unité et à la cohésion nationale.

Il a invité les uns et les autres à la retenue et au sens de la mesure : « Ceux qui, aujourd’hui, ont attaqué les postes militaires de Kidal ne doivent pas être confondus avec nos autres compatriotes Tamasheq et autres proches qui vivent, ici avec nous, dans nos difficultés, qui ont choisi le Mali, qui ont choisi la loyauté et qui ont les mêmes droits que nous pour ce qui concerne le Mali. Je vous demande de ne pas les confondre avec ceux qui ont attaqué les postes militaires de Kidal. Ils sont aujourd’hui les plus gênés, il faut les aider, les assister et les encourager« .

Que personne ne pratique l’amalgame « dans les camps militaires, dans les camps de la gendarmerie, de la garde nationale, dans nos différents services de la douanes et dans tous les services de l’État« , a demandé le chef de l’État.

Ne confondez surtout pas « celui a tiré sur les postes militaires de Kidal » avec « l’autre Malien qui vit ici avec nous, qui travaille, élève ses enfants et qui s’occupe de sa famille« , insistera-t-il.

Le chef de l’État a assuré qu’il suivait cette affaire avec responsabilité et surtout avec mesure et invité l’ensemble des Maliennes et des Maliens à se donner la main.

Jugeant particulièrement graves les conséquences de ces attaques, le président Amadou Toumani Touré a néanmoins réitéré sa conviction qu’il n’est plus besoin de prendre les armes pour se faire entendre dans notre pays.

La décentralisation, a t-il rappelé, est un statut particulier par lequel nos élus disposent de plusieurs voies administratives et politiques pour transmettre les doléances, les remarques, les suggestions et les critiques des citoyens aux plus hautes autorités du pays.

« Dans ce cas ce cas si la démocratie vous ouvre toutes les voies, vous n’avez pas besoin de prendre les armes » a estimé Amadou Toumani Touré.

Invitant les Maliens au courage, il a jugé que « ce qui s’est passé à Kidal n’est pas une tragédie, mais un fait comme un autre. Nous saurons le gérer et nous allons le gérer en toute responsabilité« .

Le président Amadou Toumani Touré a annoncé qu’il achèverait comme prévu sa tournée dans la Région de Kayes tout en étant tenu informé « heure par heure » de la situation dans le Septentrion..

L’Essor du 24 mai 2006.