Partager

Au Sénégal, l’ancien porte-parole d’Abdoulaye Wade, Maître Amadou Sall, bénéficie d’une liberté provisoire. Après 24h passées au tribunal de Dakar, ce responsable du Parti démocratique sénégalais, est sorti libre. Poursuivi pour «offense au président de la République», il risque jusqu’à deux ans de prison. Maître Amadou Sall est sorti du tribunal, escorté par une petite foule de militants du Parti démocratique sénégalais (PDS). C’est d’un air serein que l’ancien porte-parole d’Abdoulaye Wade, raconte son interrogatoire : «Je n’ai pas eu le temps de savoir pourquoi on m’a convoqué. J’ai refusé de les écouter et j’ai dit que je ne réponds à aucune question tant que l’on ne me dit pas pourquoi on a porté atteinte à ma personne.» La semaine dernière, suite à l’audition de Karim Wade sur sa fortune, Maître Amadou Sall avait affirmé à la presse que Macky Sall obéissait à des marabouts et qu’on ne peut pas «gérer un pays avec des fétiches, dans le mysticisme.» D’après le procureur général, Lansana Diabé, Me Amadou est poursuivi pour offense au président de la République. «Il a été déféré ce matin à notre cabinet. Nous l’avons interrogé, devant les policiers enquêteurs, également. Me Sall n’a pas voulu s’expliquer sur les faits qui lui sont reprochés. C’est également son droit le plus absolu» précise le procureur. Maître Amadou Sall devra comparaître le 22 janvier prochain devant une chambre spéciale de la Cour d’appel. Selon le code pénal, il risque jusqu’à deux ans de prison et une amende variant de 200 000 à 1 million de FCFA. RFI