Partager

15 Mai 1991-15 Mai 2021, 30 ans que cet homme du savoir,  cette béquille de connaissance, ce jardin dans lequel les disciples ont cueilli avec allégresse des citations didactiques et des pensées instructives comme des fruits, ce modèle pour la jeune génération est allé se coucher.

30 ans que cet homme littéraire, téméraire voire visionnaire a rangé sa belle plume dans les livres dont l’unique solution est de les lire avec une abnégation absolue.  

Votre présence a été une source d ‘inspiration pour nombreux écrivains qui se sont servis de vos pensées pour concevoir le soubassement de leurs idées. 

Votre existence n’a pas été ex-nihilo, votre parcours dans cette société n’a pas été anodin, il a été aussi bénéfique pour le monde littéraire.  Un auteur ayant utilisé sa plume pour écrire des belles pages pour tous les lecteurs du monde. Les livres comme Kaïdara, récit initiatique peul et L’Étrange Destin de Wangrin ( Grand prix littéraire d’Afrique noire 1974) continuent de faire vibrer le monde tout comme les restent de vos parutions.

30 ans, < Le sage de l ‘Afrique >, le défenseur de la tradition orale, l’élite africaine, la fierté malienne est allée se reposer.  Il est allé se coucher, inhumer mais, il vit à travers ses livres.

« En Afrique, quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle. », une formule de vous qui est devenue proverbiale dans le monde entier. 

Homme de culture, vous êtes peut être parti, mais vous vous êtes fait ressusciter dans les livres. Et vous êtes lues par toutes les générations :Enfants, Jeunes, Adultes et Vieux. Vous êtes lus par tous les niveaux d’études : la Maternelle, le fondamental, le lycée et l’université. 

30 ans de disparition ,30 ans vos écrits restent vivants , 30 ans que le commun des mortels vous voit encore comme si vous vivez encore.

Concluons alors que vous n’êtes pas venu pour vivre mais, pour marquer le monde entier. Repose en paix grand baobab de l’Afrique.

Adama Sanogo

@Afribone