Partager

Amadou et Mariam se sont produits sur scène mardi dans le centre d’animation culturel du 19ème arrondissement de Paris. Un concert qui intervient dans le cadre de leur tournée Africa mon Afrique pour sensibiliser sur la situation du Mali. Le couple, ambassadeur du programme alimentaire mondial, reversera une partie des fonds récoltés à l’organisation.

jpg_une-1093.jpgLes titres s’enchainent : Mon amour ma chérie, Réalité, Pauvre type… Les deux artistes chantent tantôt en bambara tantôt en français. Dans cette petite salle du centre culturel d’animation du 19ème arrondissement de Paris, Amadou et Mariam font leur show sans se ménager. A travers leur musique, ils permettent à tous ceux qui sont présents de voyager en Afrique. Djembé, basse, et guitare électrique résonnent à un rythme effréné. Le couple communique sans cesse avec le public : « Est-ce que ça va ? Les enfants vous allez bien ? Maintenant on va chanter tous ensemble ! » « Le dimanche à Bamako, c’est le jour de mariage ». A peine les premières notes de la fameuse chanson entamées que les femmes en boubou multicolores et les enfants, venus nombreux, se lèvent pour chanter et danser.

« Nous voulons sensibiliser sur le problème du Mali »

Le couple malien aveugle ne manque toutefois pas de rappeler sur scène son objectif à travers la tournée Africa mon Afrique. « Notre but à travers ces concerts est de nous rapprocher des gens et de sensibiliser sur le problème du Mali. Nous souhaitons également apporter notre soutien aux victimes du conflit ». Pour Amadou et Mariam, il y a des solutions au conflit qui tourmente leur pays depuis plusieurs mois.

Un message d’espoir qu’ils réitèrent à plusieurs reprises, notamment à travers le titre Africa mon Afrique. Une dizaine d’enfants montent les rejoindre sur scène pour entonner des chœurs. Un moment très émouvant pour leurs parents venus les encourager. Les deux artistes les félicitent à leur tour. « Les enfants vous avez très bien chanté, bravo, on vous aime ! »

Le couple a prévu d’autres concerts dans toute la France jusqu’en mai 2013. Alors que le conflit perdure dans leur pays, Amadou et Mariam, eux, chantent pour le retour de la paix au Mali.

Assanatou Baldé

Source : Afrik.com, le 11 Octobre 2012


Amadou et Mariam : « C’est la musique qui triomphe ! »

Interview du couple de chanteurs maliens. « Folila », le nouvel album d’Amadou et Mariam aux rythmes traditionnels et modernes, est très ouvert sur le monde. Le couple de chanteurs maliens poursuit sur sa lancée avec une musique universelle où tous les artistes, du nord au sud, peuvent chanter, jouer, en laissant leur empreinte. Avec une « âme » plus « Blues », « Folila » reflète les différentes rencontres musicales du couple au cours de nombreux voyages. Sans doute la plus belle mélodie de cet opus est « Oh Ahmadou » avec Bertrand Cantat, le leader du groupe de rock français « Noir désir ».

Afrik.com : Votre nouvel album « Folila » sort le 26 mars. Qu’est-ce qui le différencie des autres ?

Amadou et Mariam : Dans cet album, il y a beaucoup d’invités. On a fait beaucoup de voyages pour le réaliser : de New York à la France en passant par le Mali. Ces voyages nous tenaient à cœur. On voulait avoir des colorations différentes dans ces trois endroits. Il y a eu plusieurs participations qui ont donné lieu au mariage de différents instruments, traditionnels comme modernes. On a toujours eu beaucoup d’invités pour chaque disque : des Américains, des Français. On voulait continuer dans ce sens d’une ouverture au monde. Nous avons toujours pensé que la musique est universelle, du nord au sud : tous le monde peut jouer un morceau, une musique. Quand on était jeune on écoutait bien les Pink Floyd ou d’autres groupes de rock.

Afrik.com : Que signifie « Folila » ?

Amadou et Mariam : « Folila » signifie « Venez jouer ». On a invité des artistes de divers horizons à venir jouer avec nous. Notre message est très porté vers l’Afrique pour sensibiliser les gens aux problèmes que rencontre l’Afrique. On veut aussi, à travers nos albums, montrer une autre facette de l’Afrique pour que les gens ne pensent pas qu’il n’y a que des problèmes sur le continent. Les gens sont solidaires, s’entraident et sont toujours prêts à vous aider, à partager leur repas. De manière générale, les Africains sont très accueillants. Et ça, c’est une qualité rare que l’Afrique a.

Afrik.com : Estimez-vous qu’avec cet album vous êtes arrivés à un aboutissement de ce que vous recherchiez en matière d’ouverture dans la musique ?

Amadou et Mariam : On ne peut pas dire qu’on soit arrivés à la fin d’une recherche parce que la vie est une perpétuelle recherche, mais c’est l’aboutissement d’une histoire. Le fait de voyager, de faire la première partie des concerts d’artistes, on a pu rencontrer beaucoup de monde. Et le fait de faire des morceaux maliens et d’y faire participer des Américains, des Français est un vrai bonheur. Ça veut dire qu’au final, on est tous pareil car c’est la musique qui triomphe !

Afrik.com : Sur cet album, vous avez collaboré avec le chanteur français Bertrand Cantat qui chante « Oh Amadou », comment l’avez-vous rencontré ?

Amadou et Mariam : On a rencontré Bertrand Cantat à Bordeaux, lors d’un concert. Lui fait du rock et nous du rock and blues. On s’est dit que ce serait intéressant de travailler ensemble. On l’a donc invité au Mali. où l’on a répété et enregistré intégralement. Ça nous a beaucoup plu de travailler avec lui, c’est quelqu’un de très bien musicalement. « Oh Amadou » c’est une chanson que nous avions composée il y a très longtemps.

Afrik.com : Quand l’aviez-vous composée cette chanson ?

Amadou et Mariam : La première version était en bambara. Mais on a décidé de la reprendre en français. Au départ je disais, « Oh Amadou, je n’ai pas le choix ! » et maintenant Bertrand Cantat chante : « Oh Amadou tu n’as pas le choix ! » (Rires).

Afrik.com : « Folila » est-il un album un peu plus rock ?

Amadou et Mariam : Il est un peu plus blues. Des morceaux comme « Oh Amadou » c’est plus du blues. On peut aussi dire que c’est entre du blues et du rock. L’autre album était un peu plus électronique avec des morceaux comme Savani.

Afrik.com : Parlez-nous de votre nouveau spectacle « Éclipse ». D’où vous est venue l’idée de faire cette expérience dans le noir ?

Amadou et Mariam : Nous avons eu cette idée en 2009 avec notre manager. Quand nous étions de jeunes aveugles, nous faisions souvent des concerts dans le noir : on éteignait la lumière. Au Mali, il y avait un orchestre qui s’appelait « Éclipse », dans lequel des voyants et des aveugles jouaient régulièrement dans le noir. On s’est dit que ça plairait à notre public de vivre cette expérience. C’était une façon de ramener les gens dans notre monde. Beaucoup nous demandaient comment vous faîtes en étant aveugles ? De quelle façon vous écoutez la musique ? Dans le noir, le public a découvert une autre façon d’écouter la musique.

Afrik.com : Vous avez aussi ajouté dans ce spectacle des diffuseurs de senteurs typiquement maliennes ?

Amadou et Mariam : Quand on perd un sens, on peut en développer un autre. Pour laisser les gens dans le noir, il faut meubler ce noir avec d’autres éléments. Lors du concert Éclipse, on a parlé de notre biographie, de notre histoire. On voulait aussi faire découvrir à notre public l’ambiance de Bamako : quand on se lève, on fait le ménage, on brûle de l’encens, on entend le bruit des voitures, les femmes vont piler le mil. On décrit aussi d’autres villes : dès qu’on entend les bruits du métro les gens savent que nous sommes à Paris et tout le monde éclate de rire.

Afrik.com : Comment le public a-t-il réagi après ce spectacle hors du commun ?

Amadou et Mariam : À la sortie du concert, les gens étaient beaucoup plus joyeux. Ils ont trouvé l’idée originale. Ils se sont beaucoup plus concentrés sur la musique. C’était une nouvelle façon de voir et d’entendre un concert, ça sort de l’ordinaire. Ils sont sortis avec de bonnes impressions. D’ailleurs beaucoup de gens ont sollicité d’autres concerts de ce type.

Afrik.com : Avez-vous prévu de faire d’autres concerts comme « Éclipse » ?

Amadou et Mariam : « Éclipse » est un concert techniquement difficile à mettre en place. Pour le moment, ce n’est pas notre priorité. On en fera sans doute dans les mois à venir et peut-être même dans d’autres pays.

Afrik.com : Quel est votre public européen préféré ?

Amadou et Mariam : On a beaucoup de popularité en Scandinavie. Les publics en Norvège et Suède apprécient beaucoup notre musique. Les salles de concert sont toujours pleines. Le public en Belgique est aussi très chaud !

Afrik.com : Avec vos activités musicales, arrivez-vous à gérer votre vie de famille ?

Amadou et Mariam : On gère tout au quotidien. On parle régulièrement avec nos enfants par téléphone lorsque nous sommes à l’étranger. On arrive à gérer quand il y a des problèmes. D’autant plus que les enfants sont grands et mariés.

Afrik.com : L’un d’entre eux est musicien ?

Amadou et Mariam : Nous avons trois garçons. Le deuxième fait du rap et joue de la guitare. Il fait parti du groupe « Smod ». Au Mali, ils font des concerts.

Assanatou Baldé

Afrik.com, le 12 mars 2012