Partager

electricite1.jpg
C’est le restaurant Minkiri à l’ACI 2000 qui a abrité mercredi la 11è session ordinaire du conseil d’administration de l’Agence malienne pour le développement de l’énergie domestique et de l’électrification rurale (Amader).

Cette session devait examiner et approuver le procès verbal de la session précédente tenue en janvier dernier, plancher sur le rapport d’activités du président directeur général et l’exécution du budget pour la période de janvier à juin 2008. Figurait aussi à l’ordre du jour l’examen du Programme d’activité 2008 révisé et de son budget, du rapport d’audit et du contrôle interne pour l’exercice 2007.

Le PDG de l’Amader, Ismaïl Oumar Touré, qui présidait la session, soulignera combien 2008 constitue une période charnière pour l’agence car c’est l’année de clôture de la phase en cours du Projet énergie domestique et accès aux services de base en milieu rural (PEDASB), épine dorsale des activités de l’agence.
Depuis la dernière session, l’agence a enregistré de bons résultats tant au niveau de l’énergie domestique qu’à celui de l’électrification rurale.

Pour l’énergie domestique, du démarrage des activités du volet « offre » au 30 juin 2008, l’agence a mis sous gestion villageoise près de 675 000 hectares de formations forestières. Plus de 250 marchés ruraux de bois énergie ont été installés et rendus fonctionnels dans le cadre de la collaboration avec la direction nationale de la conservation de la nature. La plupart des grandes villes du pays disposent aujourd’hui de leur schéma directeur d’approvisionnement (SDA) ou en disposeront avant la fin de l’année, assure Ismaïl Oumar Touré.

Dans le volet « demande« , sous l’impulsion de l’agence, plus de 476 000 foyers améliorés, environ 43 700 réchauds à gaz, 7 600 réchauds à pétrole, 43 000 lampes basse consommation ont été diffusés au 30 juin 2008.

Le bilan de l’électrification rurale est aussi positif puisqu’au 30 juin 2008, plus de 28 390 abonnés ont accès au courant dans plus de 170 localités à travers tout le pays, indique Ismaïl Oumar Touré. Le PDG de l’Amader prévoit qu’avec l’achèvement des projets en cours qui couvrent une cinquantaine de localités, plus de 40 700 abonnés auront accès à l’électricité à la fin de la phase en cours du PEDASB en juin 2009.

2008 est aussi l’année préparatoire de la seconde phase du projet en cours. Ismaïl Oumar Touré reconnaîtra que les objectifs visés par le PEDASB sont faibles au regard des besoins immenses des populations, même si les résultats atteints sont appréciables. C’est pourquoi les pouvoirs publics se sont engagés à mettre à la disposition de l’agence les moyens financiers pour atteindre les objectifs fixés dans le Document de politique énergétique nationale.

En effet, au regard des résultats positifs enregistrés par l’agence, les partenaires au développement, notamment la Banque mondiale, ont accepté de l’accompagner dans le cadre d’une seconde phase du projet. Le gouvernement, a indiqué Ismaïl Oumar Touré, a négocié, le 29 juillet dernier, avec la Banque mondiale un financement additionnel au PEDASB d’un montant de 35 millions de dollars (environ 15 milliards Fcfa). Ce financement permettra à l’Agence de porter, pendant la période 2009-2012, à plus grande échelle les actions entamées.

L’Amader et la Banque mondiale ont, en outre, procédé à la ré-allocation des ressources du financement en cours pour couvrir une partie des besoins. Ainsi, en plus des performances mentionnées plus haut, les résultats supplémentaires attendus en juin 2012 envisagent l’accès de 28 890 foyers à l’électricité, la diffusion de 500 000 foyers améliorés, la mise sous gestion villageoise de 500 000 hectares de forêts et la diffusion de 180 000 lampes basse consommation.

Des représentants de la Banque mondiale, du secteur privé, du ministère des Finances, des consommateurs, du ministère de l’Environnement et de l’Assainissement ont participé à la session.

Nouhoum TRAORÉ

08 Aout 2008