Partager

Dans le cadre de la campagne pour les législatives du 24 novembre 2013, la liste du regroupement de partis URD, représentée par Me Demba Traoré, l’Adema, par Mme Masitan Keïta et le MPR, Mme Camara Saoudatou Dembélé, était au terrain de football des 1008 logements. L’objectif de cette visite du vendredi 8 novembre était de mobiliser la population pour leur assurer la victoire.

En vue de galvaniser les populations pour un vote utile en faveur de la liste URD/Adema/MPR, les représentants desdits partis sont à l’offensive. Ce vendredi, ils étaient devant une foule de militants aux 1008 logements.
Après avoir évoqué les souffrances des populations de son quartier, le porte-parole des 1008 logements a magnifié les trois candidats. Selon lui, Saoudatou Dembélé a été remarquable à l’Assemblée nationale pendant la dernière législature.

Quant à Me Demba Traoré, il demeure une référence pour la commune VI de façon générale et la jeunesse en particulier. Son passage au Parlement, de 2002 à 2007, ainsi que sa participation au gouvernement de transition ont été déterminants pour la marche vers le développement du Mali. S’agissant de Masitan Keïta, ajoutera-t-il, elle n’est plus à présenter de part son combat pour l’épanouissement des femmes et des enfants maliens. «C’est pour ces raisons, sans risque de me tromper, que j’affirme que cette liste est le tiercé gagnant», a-t-il estimé. Sur ce, il a invité la population des 1008 logements à voter ladite liste pour le bonheur des Maliens.

Quant au leader des jeunes, il a rassuré les candidats de leur mobilisation. Car, a-t-il expliqué, les quartiers de la commune VI rivalisent pour donner une victoire éclatante à l’alliance URD/Adema/MPR. Donc, les 1008 logements mouilleront le maillot pour être le premier en terme de mobilisation.

Dans son intervention, Me Demba Traoré, porte-parole des candidats de l’Alliance, a affirmé que la confiance des électeurs ne peut se gagner que par le contact direct. D’où le présent meeting. A cette occasion, il a rappelé les missions du député, à savoir le vote des lois et le contrôle de l’action gouvernementale.

Au sujet des préoccupations en matière d’adduction d’eau exprimées par les populations, Me Traoré, connaissant ce dossier, pour l’avoir traité sous la transition, a promis de renouer les contacts, en partenariat avec les maires, pour que cette question appartienne aux mauvais souvenirs. Il a aussi promis la restitution régulière des activités parlementaires. Pour ce faire, Me Traoré a exhorté les populations des 1008 logements à voter massivement leur liste. Il a enfin renouvelé son message de sensibilisation pour des scrutins apaisés, invitant leurs militants à ne pas céder à la provocation et à rester vigilants.

Oumar KONATE


Dr Daye Tall, candidat de l’ADEMA-PASJ en commune IV: «Nous avons décidé de mettre en place la maison du député»

Dans le cadre des législatives du 24 novembre 2013, chaque candidat affûte ses armes pour la conquête de Bagadadji. C’est ainsi que Daye Tall du Pasj, colistier de Mme Assétou Sangaré du parti Yèlèma en Commune IV, nous a accordé une interview dans laquelle il affiche clairement ses ambitions pour sa commune et le peuple du Mali.

Le Prétoire : Vous êtes le colistier de Mme Assétou Sangaré du parti Yéléma, pourquoi cette alliance Yèlèma/Adema?

Dr Daye Tall : La collaboration entre les deux partis ne date pas de maintenant. Il y a déjà eu une première expérience lors des élections communales de 2011 qui a fait qu’on a convenu de mettre en place un bureau communal. Cela a donné des résultats satisfaisants pour le bien de la population. Quand on constitue une équipe qui gagne, il est bon de partir toujours dans ce sens. C’est la cause. Les deux partis ont la même ligne et se retrouvent dans la même mouvance. Nous avons de bons rapports et c’est à cause de cela que nous avons pensé à une alliance pour les élections législatives. L’état actuel du pays fait que les alliances sont nécessaires et même indispensables pour la réussite d’une démocratie.

Votre candidature s’explique-t-elle par l’échec des anciens députés ?

Cela n’a rien à voir. Après tout, je suis un fils de ce pays. Nous avons tous des ambitions pour notre pays. Chacun à son temps. Je ne pense pas qu’il y eu des échecs. Cela dépend de la façon dont tout un chacun voit les choses. Par rapport à l’état actuel de la nation, un changement est nécessaire. C’est une mutation qui doit être à tous les niveaux. Vous avez vu quand le Président de la République a été élu avec un pourcentage jamais égalé (plus de 77%). Il y a déjà un sursaut dans le jeu démocratique depuis plus d’une vingtaine d’années. Cela se fait sentir à tous les niveaux. Je dirai qu’il y a de l’espoir pour l’avenir.

Votre stratégie pour convaincre les électeurs, quand on sait que l’homme politique change de veste dès qu’il est aux affaires ?

Il n’y a pas tellement de stratégie. Il faut seulement une amélioration pour convaincre nos électeurs. Par rapport aux élections législatives, c’est une élection de proximité. On met beaucoup l’accent sur le porte à porte. L’expérience du parti Yèlèma est visible. C’est un jeune parti qui est en train de faire valoir par ses stratégies sur tous les plans. En dehors de cela, il y a une certaine assurance. L’électeur a besoin d’une certaine confiance de la part de son représentant. Il faudrait que nous soyons en mesure de donner des certitudes aux électeurs.

C’est pour cela qu’en commun accord, nous avons décidé de mettre en place la maison du député en commune IV. Cela va nous permettre d’être plus proches du citoyen. C’est une manière pour créer un cadre de concertation. Ce sont des propositions qui ont beaucoup enchanté la population de la commune IV. Les habitants adhèrent à la cause de cette alliance Yèlèma/Adema. Nous, candidats, ne sommes pas étrangers dans la commune. Nous y sommes nés. Le citoyen se sent rassuré pour la défense de ses intérêts.

Vous avez des concurrents non négligeables sur le terrain. Croyez-vous à votre étoile ?

Je crois bien. Il y a toujours des concurrents. Sans concurrence, il n’y a jamais de progrès. Je marche avec des défis. J’ai du respect pour tous les concurrents. Après tout, c’est la politique. On est adversaire aujourd’hui et demain on se félicite. Cela ne m’inquiète nullement parce que c’est une campagne civilisée. Je félicite les uns et les autres.

Votre dernier mot à l’endroit des électeurs ?

Je demande aux militants et sympathisants de l’alliance Yèlèma/Adema en commune IV de redoubler d’ardeur pour que les indécis partent voter le jour du scrutin. Il faut les amener à adhérer à la cause de cette alliance pour qu’au soir du 24 novembre, la fête soit belle au siège de campagne de l’alliance.

Propos recueillis par

Destin GNIMADI

Le Prétoire du 11 Novembre 2013