Partager
Manifestation des étudiants maliens en Algérie, le mardi 18 avril 2006. Source: Moussa Samaké étudiant malien en Algérie

Manifestation des étudiants maliens en Algérie, le mardi 18 avril 2006. Source: Moussa Samaké étudiant malien en Algérie

Depuis, cet étudiant, au bord de la paralysie, traîne dans un centre hospitalier algérois. D’où la colère des étudiants maliens en Algérie qui, avant hier, ont assiégé l’Ambassade du Mali pour exprimer leur colère.

En effet, le triste sort de l’étudiant malien Coulibaly Sekou Seydou a, de nouveau, amené les étudiants maliens d’Algérie à battre le pavé le mercredi 18 avril 2006. Venus des quatre coins du pays , des étudiants coléreux s’étaient rendus à Alger pour protester.

Selon des informations fournies par nos scolaires depuis Alger, cette fois-ci, ils avaient décidé d’agir par la manière forte, car leur objectif était de prendre en otage l’ambassadeur.

Ne réussissant pas à atteindre cet objectif, suite à l’intervention de la police anti émeute, la manifestation tourna en sit-in qui a duré de 6 heures à 17 heures.

Pour mémoire : la première manifestation de soutien à Coulibaly Sekou Seydou remonte au 13 mars dernier à Oran.
« Une cinquantaine de ressortissants maliens, des étudiants, ont tenu un rassemblement pacifique devant le service de neurologie du CHU d’Oran où est alité leur camarade Coulibaly« , a annoncé le « quotidien d’Oran ».

L’admission de Coulibaly Sekou Seydou dans cet hôpital est intervenue après qu’il ait été poignardé dans le dos par un jeune algérien.

La manif du mardi était l’ultime tentative des camarades de Coulibaly pour faire réagir la représentation diplomatique face à cette situation dramatique.

Malgré l’avis du médecin traitant qui concluait dans son rapport médical du 21 février 2006 que « l’hospitalisation dans un service spécialisé à l’étranger est nécessaire« , rien n’a été fait.

Manifestation des étudiants maliens en Algérie, le mardi 18 avril 2006. Source: Moussa Samaké étudiant malien en Algérie

Manifestation des étudiants maliens en Algérie, le mardi 18 avril 2006. Source: Moussa Samaké étudiant malien en Algérie

Saisi du dossier, le Ministre de l’Education nationale, le Pr Mamadou Lamine Traoré, a requis, le 19 janvier dernier auprès de l’Ambassade la transmission d’un devis établi par un service spécialisé pour la prise en charge du malade.

Entre temps, l’état de Coulibaly s’est aggravé et il est en train de perdre la motricité de ses membres, syndrome d’une paralysie.

A la fin du sit-in du mardi dernier, l’Ambassade et les étudiants ont trouvé un terrain d’entente. Une pétition a été signée par une centaine d’étudiants et adressée aux autorités maliennes (voir encadré).

Quant à l’ambassadeur, dans la lettre qui accompagne la pétition, il a promis de suivre de près le dossier de l’évacuation de Coulibaly à Bamako et éventuellement son transfert vers un établissement hospitalier étranger.

Cet engagement de l’Etat malien donne sans doute de l’espoir à Coulibaly Sekou Seydou qui n’attend que de pouvoir reprendre ses cours en 5è année d’ingénieur d’Etat en hydrogéologie.

Par ailleurs, les d’étudiants maliens demandent bien plus au représentant de leur pays. En effet, les étudiants noirs de façon générale, et les maliens, en particulier, font de plus en plus l’objet d’agressions dans la rue en Algérie.

Le cas de Coulibaly fait partie en fait d’une série d’agressions au couteau contre des étudiants maliens.
« L’ampleur du phénomène a fait réagir l’ambassadeur du Sénégal en Algérie dont la sortie a conduit les autorités algériennes à prendre des mesures dissuasives« , a expliqué un étudiant malien.

Manifestation des étudiants maliens en Algérie, le mardi 18 avril 2006. Source: Moussa Samaké étudiant malien en Algérie

Manifestation des étudiants maliens en Algérie, le mardi 18 avril 2006. Source: Moussa Samaké étudiant malien en Algérie

Les étudiants ont longtemps gardé le silence sur ces agressions, histoire de ne pas décourager les 160 boursiers potentiels au titre de 2006 dont certains se seraient sans doute rebiffés.

Même si l’Algérie occupe le tableau d’honneur des pays fournisseurs de bourses au Mali, elle risque de ne plus être une destination souhaitée par les étudiants si ces actes persistent.

Ismaïla Diarra

20 avril 2006

Interpellation : A Monsieur le ministre de l’Éducation nationale

Nous, étudiants maliens en Algérie, sommes soucieux de la situation et de l’état critique de notre camarade malade en la personne de Sékou Seydou Coulibaly, étudiant en fin de cycle ingénieur en hydrogéologie, suite à une agression au couteau dans l’enceinte de sa cité universitaire par un étudiant algérien depuis le 17 mai 2005.

Après plusieurs démarches auprès de l’Ambassade Mali en Algérie, nous exigeons une prise en charge par les autorités maliennes et nous demandons un engagement par écrit de la part de ces dites autorités et ceci dans un bref délai, sinon nous vous tiendrons pour responsable des retombées graves qui pourront s’ensuivre dans les jours à venir, si vous restez passif face à la situation.

Dans l’attente d’une suite favorable, Monsieur le Ministre, veuillez recevoir nos sincères salutations.

Alger 18/04/2006