Partager

Une réunion préparatoire à la 12ème session du Comité frontalier algéro-malien s’est tenue, mardi, à Alger dans l’objectif de renforcer les mécanismes de coopération notamment dans le domaine sécuritaire.

La rencontre a eu lieu sous la présidence du secrétaire général du Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Locales, Ahmed Adli, et le secrétaire général du Ministère malien de l’Administration Territoriale, Ibrahima Hamma.
La réunion a pour objectif de renforcer tous les mécanismes de coopération algéro-maliens notamment ceux relatifs aux domaines sécuritaire, commercial, la circulation des personnes et aux douanes. Les walis d’Adrar et de Tamanrasset, côté algérien, et les gouverneurs de Tambouctou, Gao et Kidal, côté malien, ont pris part à cette rencontre.

La visite de la délégation malienne en Algérie fait suite à l’entretien entre le Ministre d’État, Ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales et le Ministre malien de la Sécurité, à l’occasion de la récente visite du président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, à Alger.

Le Soir de Bamako du 6 Février 2014

– —
« Base désert  » de l’opération « Serval » à Gao : des tirs de roquettes pendant la visite d’adieux de l’Amiral Guillaud

L’amiral Guillaud, qui quitte ses fonctions, le 15 février 2014, est arrivé lundi soir au Mali en provenance de Centrafrique, pour une visite d’adieux aux troupes. La base française de l’opération « Serval » à Gao a été la cible de tirs de roquettes mardi matin un peu après 8 heures, alors que le Chef d’État-Major des Armées (Cema), l’amiral Édouard Guillaud, se trouvait sur place.

Deux engins, tirés des environs de Batan, à une dizaine de kilomètres au nord de la “base désert” de l’opération « Serval », ont atterri non loin de la piste d’aviation, sans faire de victimes. L’alerte a aussitôt été déclenchée et des véhicules blindés de reconnaissance et des hélicoptères Gazelle envoyés sur la zone supposée des tirs. L’amiral Guillaud, qui quitte ses fonctions, le 15 février, est arrivé lundi soir à Gao en provenance de Centrafrique, pour une visite d’adieux aux troupes.
La “base désert” de Gao, qui compte 1.200 militaires français, est ponctuellement la cible de tirs de roquettes. Les groupes armés terroristes tentent régulièrement de frapper le camp militaire. Le contrôle permanent de la zone a néanmoins permis à plusieurs reprises de neutraliser les sites de lancement avant qu’ils ne soient utilisés.

Le 02 février 2014, cinq roquettes ont ainsi été découvertes sur leurs rampes de lancement artisanales. Le dernier tir remontait au 25 décembre 2013. “La menace terroriste a été durablement réduite mais reste présente. Il faut garder la pression”, a déclaré l’amiral Guillaud aux militaires de “Serval”. Sa visite s’est poursuivie normalement.

Source: Le Figaro du 05 Février 2014

Le Soir de Bamako du 6 Février 2014