Partager

Al Qaïda remet la rançon pour libérer les otages européens. Le groupe Al Qaïda islamique pour le Maghreb (AQIM) qui détient les otages suisse et britannique, probablement au nord Mali, dans une zone peu peuplée, vers les frontières avec l’Algérie, le Niger, est revenu sur ses premières exigences.

Au début du mois de Mai, AQIM avait exigé la libération d’Abou Qatda détenu en Grande Bretagne, faute de quoi, il tuerait un otage britannique. Aujourd’hui, le groupe veut 10 millions d’euros, soit 15.13 millions de Franc suisse (SFr) en remplacement.

Un plan de libération semble se dessiner, si cet argent est reçu par AQIM. Il libérerait d’abord l’otage suisse. Ensuite le Britannique pourrait être libre une semaine plus tard, selon un journal algérien cité par swissinfo.ch, le samedi 16 Mai.

L’ultimatum lancé par les extrémistes de cette branche d’Al Qaïda était le 15 Mai, date à laquelle, il menaçait de tuer le Britannique, si la Grande Bretagne ne libérait pas un fondamentaliste jordanien Abou Qatada qui est maintenu prisonnier sur l’Ile. Cet homme est souvent présenté comme l’Ambassadeur de Ben Laden en Europe.

AQIM, en janvier et février dernier a pris la responsabilité de capturer deux diplomates canadiens, Robert Fowler et Louis Guay et quatre touristes dans le Sahara entre le Mali et le Niger.

Les diplomates canadiens et deux touristes européens dont la femme de l’actuel otage suisse, ont été libérés le 21 Avril au Mali. Il a été révélé que la Suisse et l’Allemagne avaient payé une rançon de 8 millions d’euro pour leur libération.

Quatre Salafistes auraient été libérés également en échange. Selon swissinfo.ch, les autorités britanniques n’avaient pas confirmé la poursuite des négociations en vue de la libération des autres otages. Un journal algérien, poursuit swissinfi.ch, indiquerait Qu’Al Qaïda pourrait accepter 8 millions d’euros.

Il aurait avancé un délai de deux mois pour ce paiement. Selon swissinfo.ch, le ministre Suisse des Affaires étrangères a mis en garde ses compatriotes contre les balades au niveau des frontières des régions entre le Mali et le Niger.

B. Daou

18 Mai 2009