Partager


En prélude à la rencontre opposant les Aigles du Mali aux Tsao du Tchad, le 11 Octobre 2008 à Bamako, le sélectionneur national, Stephen Keshi s’est entretenu avec la Presse pour faire le bilan du parcours des Aigles depuis son arrivée à la tête de l’équipe, et pour procéder à la publication de la liste des joueurs convoqués.

Mais un fait a retenu l’attention des observateurs sportifs : Keshi a décidé de cracher ses “quatre vérités “ à ses détracteurs. “Je pensais que pour l’avancée du football, tous les acteurs sportifs maliens étaient en communion et cela, malgré les divergences de vue. A mon humble avis, l’équipe nationale est une affaire nationale et non personnelle.

Aujourd’hui, je me rends compte que certains sont tapis dans l’ombre et continuent de pourrir l’atmosphère, pour leurs propres intérêts. Ils doivent avoir honte, car avant tout, l’avancée du Mali doit être primordiale. Ce qui me fait mal surtout, c’est lorsque ces gens sont capables de vendre leur pays à 1 franc pour eux-mêmes”, a-t-il asséné.

Et d’ajouter : “Je dis et je le répète : sans l’accompagnement de la Presse, le football malien ne pourra jamais avancer, à plus forte raison obtenir des résultats positifs. Malheureusement, au Mali, c’est une exception. Ne regardez pas Keshi, ni Salif Keïta, ni ATT, mais le Mali qui est un et indivisible. Pourquoi vous ne pouvez pas imiter des pays comme la Côte-d’ivoire, le Nigeria, le Cameroun?”.

Et d’enfoncer le clou : “Au lieu de se poser la question de savoir ce que le pays doit vous donner, posez-vous la question : qu’est-ce que je peux faire pour mon pays? Au lieu d’aidez les Aigles dans les moments les plus difficiles, vous vous permettez de les insulter. Et cela, je ne l’accepterai plus ! ”. Aussi, Stephen Keshi, de demander, à ces gens qui continuent de polluer l’atmosphère, d’arrêter leurs manœuvres qui ne mènent nulle part le football malien.

Selon lui, de 1960 à maintenant, le football malien n’a rien obtenu, sauf des pailles. “Ce n’est pas parce qu’on est contre les responsables actuels de la FEMAFOOT qu’ on veut à tout prix mettre le football malien à terre, pour ensuite reprendre à zéro. Sachez que si vous continuez à destabiliser la fédération, une fois en place, vous aurez vous aussi des ennemis qui vont vous destabiliser. Et dans tout ça, c’est le Mali qui perd ; car vous allez toujours reprendre à zéro”, a-t-il déclaré.

Le sélectionneur national refuse d’être comparé à ses prédecesseurs. Au cours de la conférence de presse, il a mis les points sur les i. En effet, il est souvent reproché à Keshi de ne pas imiter ses prédécesseurs -notamment Henri Stambouli et Jean-François Jodar sur la tenue des points de presse avant et après les matches des Aigles.

A partir d’aujourd’hui, je ne veux pas qu’on me compare à Jodar ou à un autre. Moi, je suis avant tout un Africain. Comme moi aussi je ne vais pas vous comparer. Chacun à sa méthode, et personne ne me fera changer d’avis. D’ailleurs, ce qui compte pour moi, c’est le résultat final, et cela s’obtient sur le terrain et non par les méchancetés gratuites. Je persiste là-dessus : je ne ferai plaisir à qui que ce soit, mais au Mali. Inchallahou, les Aigles se qualifieront, n’en déplaise à mes détracteurs jurés”, a-t-il lancé.

Selon Keshi, tenir coûte que coûte des points de presse n’est pas de sa méthode. “Partout où j’ai entraîné, je n’ai jamais fait ça, que ce soit au Togo, au Nigéria ou ailleurs. Pourtant, j’ai eu de bonnes relations avec la presse et tous les autres acteurs du pays. Cela m’a permis de faire de bons résultats. Je crois bien que le Mali n’est pas différent des autres nations de football. Tant que les querelles de personnes ne cessent pas, le Mali n’aura rien comme satisfaction. Le pays continuera à gérer des crises et des tensions . Et c’est le peuple malien qui va souffrir à cause de quelques individus mal intentionnés”, a t-il souligné.

Rappelons que Keshi a pu qualifier le Togo à la CAN et au Mondial 2006. Et partout où il a passé, il a laissé de bons souvenirs. En tant que joueur, il a fait ses preuves en remportant une CAN en 1994 en Tunisie. C’est dire qu’en plus de son africanité, Keshi est mieux aguerri pour comprendre les manœuvres et stratégies de déstabilisation de certaines personnes influentes du monde sportif.

Ces dernières n’auraient jamais digéré l’arrivée de Keshi, et surtout, le choix porté sur Madou Coulou pour être son adjoint. Mais ces personnes ont vite oublié le parcours brillant de Madou Coulou.

En fait, de 1960 à nos jours, Madou Coulou est le seul entraîneur malien qui possède un bilan flatteur, avec les Cadets de 1997 et les Juniors en 1999. Il a pu faire qualifier les Aigles à la CAN de 2004, en compagnie de Chritian Dalger, avant d’être injustement écarté lors de la phase finale de Tunisie.

Une victoire impérative face au Tchad

Conscient de l’importance et de l’enjeu du match du 11 Octobre 2008, Keshi a décidé d’injecter un souffle nouveau. à l’équipe. Il fera ainsi appel à deux joueurs : Sidi Yaya Keïta et Abdramane Mahamane.

Quant à Drissa Diakité, il retournera à l’équipe, après avoir présenté ses excuses. Enfin, on notera avec satisfaction la non convocation de Djibril Sidibé et de Mamadi Sidibé qui a été la grosse déception du match face au Congo Brazzaville.

En tout, 17 joueurs professionnels et 7 joueurs locaux seront internés à partir d’aujourd’hui (6 Octobre). Tout cela, pour un seul objectif : la victoire, rien que la victoire. En effet, pour sortir premier de sa Poule, le Mali a besoin d’une victoire, quel qu’en soit le score.

Et Keshi est convaincu que ses protégés gagneront. “Je vous demande davantage de sacrifices pour aider les Aigles. Je suis convaincu que ces joueurs ont la volonté de gagner le match”, a-t-il assuré. Notons que le match est prévu à 18h à Bamako. Au même moment se déroulera le match Soudan-Congo, avec un décalage horaire de 3 heures, soit à 21 heures.

Après 5 journées, le Mali est en tête avec 9 points +4, suivi du Congo (9 points +1), du Soudan et du Tchad avec 6 points. Une victoire des Aigles leur donnera 12 points, avec un goal average particulier favorable par rapport au Congo (en cas victoire).

Les joueurs convoqués

Mahamadou Sidibé (Ethnikos, Grèce-), Adama Tamboura (Helsingborg, Suède), Adama Coulibaly “Police” (Auxerre, France), Souleymane Diamouténé (Lecce, Italie), Cédric Kanté (Nice, France), Drissa Diakité (Nice, France), Amadou Sidibé (Auxerre, France), Sidi Yaya Keïta (Lens, france), Mahamadou Diarra “Djila” (Réal Madrid, Espagne), Mohamed Lamine Sissoko (Juventus, Italie), Seydou Keïta (Barcelone, Espagne), Frédéric O. Kanouté (FC Séville, Espagne), Soumaïla Coulibaly (Moechenglabach, Allemagne), Modibo Maïga (Le Mans, France), Cheick Tidiane Diabaté (Ajaccio, France), Ténéma N’Diaye (Tours, France), Abdramane Mahamane (Le Havre, France).

Notons que dès aujourd’hui (6 Octobre), 7 joueurs locaux complèteront la liste.

Sadou BOCOUM

06 Octobre 2008