Partager

Alors qu’il s’était vu confier dans un premier temps la direction des Aigles U23, Aliou Badara Diallo dit Conti change de poste et devient l’adjoint du nouveau sélectionneur national, Éric Sékou Chelle.

L’annonce de la nomination du technicien intervient à quelques jours de la rencontre Mali-Congo, comptant pour la première journée des éliminatoires de la CAN 2023 (samedi 4 juin au stade du 26 Mars).

Selon le premier vice-président de la Fédération malienne de football (Femafoot), chargé des sélections nationales, Kassoum Coulibaly ‘’Yambox’’, la nomination de Conti au poste de sélectionneur-adjoint a été prise à l’issue d’une réunion du bureau fédéral : «Effectivement, Conti devait diriger l’équipe des U23 mais nous avons fait des réunions à l’interne et nous avons jugé nécessaire qu’il soit l’adjoint d’Éric Chelle.

C’est un entraîneur qui a de l’expérience et qui connaît très bien le football malien. Bien avant son arrivée mardi dernier à Bamako (en provenance du Congo où il dirigeait l’AS Otoho, ndlr), nous avons échangé avec lui et il a accepté la proposition. Depuis, il travaille avec le sélectionneur Éric Chelle», a indiqué Yambox. Joint au téléphone, le quintuple champion du Congo a exprimé sa joie et sa fierté d’avoir été choisi par la Femafoot, promettant de donner le meilleur de lui-même pour mériter la confiance de l’instance dirigeante du football national.

«Je remercie la Fédération malienne de football pour la confiance qu’il place en moi pour accompagner mon frère Éric Sékou Chelle. J’ai commencé à travailler avec lui avant même de quitter le Congo et tout se passe bien. Ensemble, nous allons tout mettre en œuvre, avec les joueurs, les supporters, les dirigeants et les autorités sportives pour amener notre pays le plus loin possible», a confié au téléphone Aliou Badara Diallo.

Le technicien a commencé sa carrière d’entraîneur au COB, avant de rejoindre le Djoliba avec lequel il remportera trois titres de champion du Mali (2008, 2009, 2012). Finaliste de la coupe CAF en 2012 avec les Rouges (défaite face à l’AC Léopards de Dolisie au Congo), il quitte ensuite le Mali, direction le Burkina Faso où il sera sacré champion en 2014 avec l’Étoile Filante de Ouagadougou, avec en prime, le titre de meilleur entraîneur du pays.

Après le pays des Hommes intègres, le technicien s’engage avec l’AS Otoho du Congo avec le résultat que l’on sait : cinq titres consécutifs de champion du Congo (2018, 2019, 2020, 2021 et 2022).

Source: L’Essor