Partager

Dans le cadre de la commémoration du cinquantenaire du référendum gaulliste de 1958 et du lancement d’un livre sur Ahmed Sékou Touré, le Club éponyme a animé une conférence de presse le mardi au Centre Djoliba.

Sékou Touré, qui était un condisciple des panafricanistes et militant de la transition entre le 19e siècle et le début du 20e siècle, a été immortalisé par la création de clubs portant son nom à Bamako, en Guinée et dans la diaspora française. Ceux-ci viennent de lui consacrer un ouvrage.

La cérémonie était présidée par le Pr. Modibo Diakité, vice-président du Club, qui avait à ses côtés Me Mariam Diawara, la présidente, et Ahmed Sékou Diallo, le secrétaire général du Club Ahmed Sékou Touré. Différentes personnalités comme Dr. Seydou Badian Kouyaté, écrivain, et Youssouf Traoré, défenseur infatigable de la cause du panafricanisme, étaient aussi présents.

Selon le Pr. Modibo Diakité, le livre de 234 pages contient les actes de la 2e semaine et contient une évocation de l’œuvre et des idées du premier président de la Guinée indépendante Sékou Touré (1958-1984). Le livre aborde un certain nombre de thèmes qui ont été débattus lors de la conférence. « La pertinence et la pérennité de l’unité africaine, les enjeux actuels du panafricanisme à la lumière des idées du président Ahmed Sékou Touré, le combat d’Ahmed et de ses compagnons de l’US-RDA pour l’unité politique », restent d’actualité aux dires de Modibo Diakité.

« Tandis que l’Europe est en train de se développer en ayant une monnaie commune, les Africains restent toujours piétiner par ces Européens » , a-t-il regretté. Et de rappeler qu’autrefois, les pays soudanais et la Guinée se sont donnés la main pour créer un parti unique au Soudan et en Guinée appelé US-RDA.

Né en 1922, Ahmed Sékou Touré est resté en poste jusqu’à sa mort dans la nuit du 26 au 27 mars 1984 des suites d’une attaque cardio-vasculaire à Cleveland (aux Etats-Unis).

Sètè Traoré

04 Septembre 2008