Partager

Dans une déclaration en date du 2 juillet 2012, portée à la connaissance de la presse le 3 juillet 2012 par Koniba Sidibé, 9ème Vice Président de l’Assemblée nationale, les députés maliens ont demandé aux autorités un traitement diligent de l’enquête sur l’agression perpétrée sur le Président de la République par intérim, le Pr Dioncounda Traoré.

Koniba Sidibé a rappelé que « depuis les évènements du 22 mars 2012, l’Assemblée nationale n’a cessé d’alerter l’opinion et les autorités sur l’insécurité récurrente qui touchait les Institutions, les personnes et les biens dans le pays, notamment à Bamako.

Ainsi le 19 avril les honorables députés réunis en séance plénière ont adopté la Résolution N° 2012-005/AN-RM sur l’arrestation de personnalités civiles et militaires dans laquelle ils ont dénoncé la « situation de voie de fait et le climat de terreur qui s’en suit qui sont de nature à rompre la dynamique de dialogue et de paix enclenchée depuis l mise en œuvre de l’Accord –cadre ».

Puis ils ont exigé « le respect du fonctionnement régulier des institutions de la République et la sécurité des personnes et des biens ».

L’Assemblée nationale a maintes fois appelé l’attention des autorités, voire en leur adressant une correspondance sur l’insécurité récurrente devant les portes de l’Institution à cause de manifestants récalcitrants.

Hélas, bien que le CNRDRE et la CEDEAO aient fourni des efforts pour le renforcement des organes de la Transition, en prolongeant les mandats desdits organes, notamment celui du Président de la République par intérim la problématique de l’insécurité n’a pas reculé, bien au contraire.

En effet, le lendemain de la prolongation du mandat du Président par intérim à 12 mois, des manifestant ont organisé et perpétré une agression inqualifiable sur sa personne ce qui aurait pu lui coûter la vie. C’était le 21 mai 2012 dans ses bureaux à Koulouba. Dès le 22 mai, l’Assemblée nationale a fait une Déclaration pour condamner très fermement cette agression « qui n’honore ni le Mali, ni l’Afrique et entame la crédibilité de toutes les Institutions et la Nation toute entière ». A cette occasion l’Assemblée nationale a demandé de faire la lumière et d’assurer la sécurité des institutions des personnes et des biens. L’Assemblée nationale réunie ce jour prend acte des dispositions de renforcement de la sécurité des instituions commencées, ce qu’elle salue, mais demande de persévérer.

L’Assemblée nationale constate que les résultats des enquêtes ouvertes par les Autorités sur l’agression du Président la République par intérim n’ont toujours pas été portés à la connaissance de la Nation. Aussi, l’Assemblée nationale exige-t-elle, une fois de plus, des Autorités un traitement diligent desdites enquêtes pour faire toute la lumière sur l’agression perpétrée sur la personne de la première Institution du pays, le Président de la République par intérim, le Pr Dioncounda TRAORE.

Assane Koné

Le Républicain du 4 Juillet 2012