Partager

Nous avons été saisis par le policier Cheick Hamala Diakité, un des proches du commissaire Tidiane Coulibaly, pour nous informer de l’agression dont celui-ci a fait l’objet de la part de certains policiers. Cheich Hamala Diakité ne croyait pas si bien dire lorsqu’il précise « Le lundi 2 avril, le commissaire Tidiane Coulibaly a été appelé par le capitaine Amadou Sanogo pour consultation. C’était aux environs de 17 heures. Quatre heures plus tard soit aux environs de 20 heures deux véhicules se sont arrêtés devant son domicile et à bord duquel se trouvaient des policiers munis d’armes à feu. Ils ont fait irruption dans sa famille et se sont mis à tirer sur tous ceux qui étaient à portée de main. Son véhicule a été criblé de balles. Tidiane lui-même a été assommé par les agresseurs. Il n’a pris connaissance qu’au bout de quelques heures à l’hôpital Gabriel Touré ». Cheick Hamala Diakité de poursuivre « au moment où l’incident se produisait, Tidiane Coulibaly m’a appelé pour m’informer de cette agression. J’en ai profité pour informer le lieutenant Timbo. Il m’avait rassuré de l’envoi d’une équipe pour tirer tout au clair. Timbo m’a mis en contact avec le lieutenant Konaré porte-parole du CNRDRE. Lui aussi avait promis la même chose. Jusqu’au jeudi, aucune équipe n’est venu pour constater les dégâts ». Cette attitude a mis les partisans de Tidiane Coulibaly hors d’eux-mêmes. Au cours d’une rencontre tenu hier, ils ont mis le CNRDRE à prendre toutes ses responsabilités. Ce qui suppose à leurs yeux l’arrestation de tous les policiers impliqués dans cette agression. Mieux, ils demandent une réparation des dommages et intérêts. Si ces conditions ne sont pas remplies d’ici à 48 heures, les partisans de Tidiane Coulibaly disent prendre toutes ses responsabilités.

Après recoupement, l’inspecteur Siriman Fané a rejeté en bloc les accusations auxquelles les partisans de Tidiane Coulibaly les incriminent. « Nous étions partis voir Tidiane Coulibaly pour lui dire que son syndicat n’est pas légitime et qu’il est dans l’illégalité. Cela après qu’il se soit rendu chez l’inspecteur général Yaya Sangaré pour se plaindre du fait que nous sommes en train d’agir au nom du syndicat de la police. Alors que c’était à lui de le faire » a rapporté Siriman Fané. Et d’indiquer « Nous étions partis dans sa famille pour lui dire d’arrêter ce genre de comportement. A peine sommes-nous sortis du véhicule qu’il nous a tiré dessus. C’est plutôt nous qui avons été agressé ».

Siriman Fané a soutenu qu’une enquête a même été ouverte pour pouvoir arrêter le commissaire Tidiane Coulibaly. Il dit disposer d’ores et déjà une pièce à conviction.

Décidément, une situation qui empoisonne les rapports entre collègues de service.

Il appartiendra donc pour le CNRDRE d’amener les deux tendances autour de la table pour que la paix puisse régner au sein de la police.

ABDOULAYE DIARRA

L’Indépendant du 5 avril 2012