Partager

Le procès des présumés auteurs renvoyé à mardi 8 juillet


Ils étaient au nombre 17 personnes du village de Mourdiah à comparaitre, le mardi 1er juillet, devant le juge de paix à compétence étendue de Nara, Augustin Dembélé, suite à l’agression perpétrée sur un enseignant du nom de Hamadoun Oumar Touré de Mourdiah par la population.


Au moment des faits, la gendarmerie de cette localité avait interpellé 27 personnes dont l’élève-maitre Demba Diarra. Par la suite une dizaine de personnes ont été relâchées.

Le procès qui était prévu pour le 17 juin avait été reporté au 1er juillet, faute de certificat médical qui permet au juge de définir l’incapacité temporaire de travail de l’enseignant agressé.

Si cette incapacité dépasse 20 jours, l’acte est considéré comme un crime.

Dans le cas contraire, il est examiné comme délit, nous a confirmé le Secrétaire général adjoint du Syndicat des contractuels de l’enseignement fondamental, Abdoulaye Koné. Même si des anomalies ont été relevées au cours de l’audience publique du 1er juillet, les syndicalistes se sont dit confiants en la justice de notre pays.

Tout était parti, selon Soumana Kalapo, d’un comportement mal apprécié de l’élève Sory Ibrahim Koné de la 9ème année à l’école de Mourdiah.

En effet, l’intéressé Sory I. Koné s’était fait distinguer, selon les explications de Kalapo, par ses retards et son indiscipline dans la classe. Toutes choses qui n’étaient pas du goût de l’enseignant, lequel a voulu le rappeler à l’ordre par une sanction exemplaire. Ainsi, Sory I. Koné a été copieusement bastonné par l’enseignant qui avait fait prendre par quatre l’élève récalcitrant.

Et c’est suite à cette correction exemplaire, que Sory est allé se plaindre devant ses parents. Malgré l’intervention des autres enseignants et des notabilités du village, l’élève et ses parents ont tenu à se venger sur l’enseignant.

Aussi, ce dernier a été attaqué, le 20 mai jusqu’à son domicile par une trentaine de jeunes du village, avant d’être traîné nu dans la rue et même devant ses élèves. Il avait été battu jusqu’à ce qu’il tombe dans le coma.

Les syndicalistes ont apprécié, à sa juste valeur, l’intervention de la ministre de l’Education de Base de l’Alphabétisation et des Langues Nationales, Mme Sidibé Aminata Diallo qui, par son sens élevé, a donné satisfaction aux doléances des syndicalistes.

Ces doléances avaient trait à l’arrestation immédiate des coupables et leur punition conformément à la loi, la fermeture du centre de Mourdiah pour la session de juin 2008 du DEF, la fermeture des écoles de Mourdiah jusqu’à la sécurisation totale du personnel enseignant et l’exclusion de Demba Diarra, élève maître stagiaire.

L’acte n’est pas resté impuni, c’est pourquoi les syndicalistes ont salué ledit département pour son soutien.


Ramata TEMBELY

04 Juillet 2008