Partager

Appuyer, soutenir et développer vigoureusement l’entrepreneuriat dans le domaine de la culture et des arts, représente les principaux objectifs visés par cette agence.

Cette initiative, selon Mr Akeratane, rentre en droite ligne de la mise en place de l’agence pour la promotion des entreprises culturelles.

Partant du principe qu’il y a une relation dialectique entre le professionnalisme, le renforcement des compétences et la capitalisation financière, Mr Akeratane a estimé que le renforcement des compétences est un levier qui pourra soulever et satisfaire les besoins des entreprises culturelles, apportant ainsi, leur contribution au développement économique et social de notre pays.

Aussi, faudra-t-il, selon le chef de cabinet du ministère de la culture, professionnaliser ce secteur dont les retombées financières et sociales sur l’économie de notre pays sont inestimables mais statistiquement peu connues.

Les six modules de formation à la gestion culturelle ont été présentés par Adama Traoré de l’association Acte 7 :
Le module 1 de cette formation a trait à « l’administration de la culture, vue d’ensemble sur les entreprises et les industries culturelles ».
Le 2ème et le 3ème modules traitent des « principes de management profil diffuseur et profil producteur ».
Le 4ème concerne « la diffusion, développement de marchés et le marketing et la communication culturels ».
Quant au 5ème module, il est intitulé « le processus contractuel, les droits d’auteurs et les droits voisins ».
Le 6ème module, quant à lui, à trait à « la formation informatique ».

A la fin des travaux, suggestions et propositions ont été faites par des participants.

26 avril 2006.