Partager

aviation1.jpg

Même la pluie n’a pas pu gâcher la fête. Bien au contraire, elle était la bienvenue en cette période de forte chaleur. La cérémonie de pose de la première pierre du futur siège de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC) s’est donc déroulée mercredi en fin de journée sous une grosse averse. La cérémonie qui s’est déroulée à l’aéroport international de Bamako-Sénou était présidée par le chef de l’État, Amadou Toumani Touré.

L’initiative de construire de nouveaux locaux pour l’ANAC est à mettre en rapport avec le Programme de développement économique et social (PDES) du président de la République, dont l’une des composantes est d’apporter efficacité et efficience à l’administration en la dotant d’un cadre de travail approprié.

C’est aussi une traduction dans les faits de l’importance que pays accorde désormais au secteur du transport aérien considéré à juste titre par les pouvoirs publics comme un élément essentiel du développement économique et social.

A ce propos, le ministre de l’Équipement et des Transports, Ahmed Diane Séméga, a confirmé que le développement du secteur aéronautique national est une priorité du département de tutelle et une contribution importante au développement de l’économie nationale.

Ainsi, de nombreuses actions ont été entreprises pour permettre à ce secteur d’influer pleinement sur le désenclavement intérieur et extérieur du pays, sur l’essor du tourisme, la promotion des exportations et l’intégration socio-économique.

Au nombre des actions menées pour relancer le transport aérien, on peut distinguer la réforme des structures en charge de la gestion des activités du secteur (d’où la création de l’ANAC), le renforcement des capacités en ressources humaines et en moyens financiers, la mise en place d’infrastructures adéquates et l’acquisition d’équipements.

Les locaux dont les travaux de construction viennent d’être lancés est un complexe conçu sous la forme d’un … avion, avec 4 blocs principaux et des annexes. Le premier bloc qui fait office de cockpit sera construit sur deux niveaux et abritera les bureaux de la direction et de l’inspection générale.

Le deuxième et ses trois niveaux offriront un cadre adéquat de travail à cinq directions techniques.
Le troisième bloc est conçu comme la queue de l’avion. Prévu sur un seul niveau, il abritera des salles communes de formation, de lecture, de documentation et d’archivage. Enfin la quatrième composante du bâtiment contiendra sur un seul niveau. C’est ici que seront installés la cantine et le restaurant.

Cet ensemble a été conçue par le cabinet d’architecture SPAD. Les travaux de construction et l’équipement coûteront 3,2 milliards Fcfa financés par l’Agence sur trois exercices budgétaires (2007, 2008 et 2009). Les travaux seront exécutés en 4 lots dans un délai de 24 mois
Le ministre de l’Équipement et des Transports, Ahmed Diane Séméga, a souligné l’engagement des plus hautes autorités du pays en faveur de la modernisation du secteur aéronautique.

Cet intérêt s’est manifesté par la création d’une compagnie aérienne de droit malien, la CAM, qui joue aujourd’hui son rôle de desserte nationale et internationale. Mais le projet le plus emblématique est celui qui prévoit la modernisation et l’extension de l’aéroport de Bamako-Sénou, initié dans le cadre du Millenium Challenge Account.

Quand ces travaux seront terminés, l’aéroport aura une capacité d’accueil de 1,5 million de passagers par an, faisant de Bamako, un hub (plate-forme aéroportuaire de correspondance permettant aux compagnies aériennes de concentrer leurs avions en un point unique) sous-régional. Aujourd’hui, déjà,, la quasi-totalité des compagnies de la sous-région considèrent Bamako-Sénou comme leur deuxième plate-forme.

Dans la foulée, le ministre Séméga a révélé que près d’une dizaine de projets d’amélioration et d’extension d’aéroports de l’intérieur, sont programmés.
Le président de la République, Amadou Toumani Touré, favorablement impressionné par la maquette du futur complexe, a salué l’inspiration des concepteurs. « Nous allons prendre notre envol et faire de la continentalité du pays un avantage« , a-t-il commenté, en encourageant l’entreprise chinoise en charge du chantier.

Dans quelques années, grâce à sa modernisation et à son extension, l’aéroport international de Bamako-Sénou prendra une grande importance dans la sous-région. Une ambition tout à fait légitime, a jugé le président Touré.

S. DOUMBIA

L’Essor du 18 avril 2008.