Partager

La sélection nationale a livré son meilleur match du tournoi contre le Mozambique, mardi dans la salle du 26 Mars

La première fois que le Mali a été mené au tableau d’affichage, c’était lors de la deuxième journée des matches de poule contre la Côte d’Ivoire. Mais après un début de match difficile, la capitaine Hamchétou Maïga Ba et ses coéquipières s’étaient vite ressaisies, s’imposant au finish 57-44, soit 13 points d’écart. « La Côte d’Ivoire nous a posés beaucoup de problèmes aujourd’hui. Mais les filles ont su réagir et renverser la situation. Je pense qu’on avait besoin d’un gros match comme ça pour avoir une idée du potentiel de l’équipe.

Je suis content de la réaction des joueuses », avait alors commenté le manager-adjoint des Aigles Dames, Jacques Vernerey. Le technicien français avait ensuite souligné la prestation individuelle de certains éléments notamment Djénéba Sissoko (14 points), ajoutant que l’idéal pour une équipe, « c’est d’avoir quatre joueuses capables de marquer au moins 10 points par rencontre ». Si la sélection nationale n’a pas encore réussi à atteindre cet objectif, le technicien français a dû apprécier à sa juste valeur la qualité du spectacle produit par les nôtres, mardi face au Mozambique. Menées 10-1 au tableau d’affichage puis 10-14 à la fin du premier quart temps, la capitaine Hamchétou Maïga Ba et ses coéquipières vont refaire leur retard dès le deuxième quart temps, avant de se déchaîner complètement au retour des vestiaires.

À l’arrivée, le score sera sans appel pour la sélection mozambicaine submergée 73-43. Mais plus que le score, 30 points d’écart, c’est une fois de plus la manière et la prestation individuelle de certaines joueuses qui ont séduit le public de la salle du 26 Mars. Fidèle au rendez-vous, Djénéba Sissoko a terminé meilleure marqueuse avec 21 points. Déjà lors de la journée inaugurale contre la Tunisie, le pivot des Aigles avait planté 15 points. La capitaine Hamchétou Maïga Ba et Meiya Tirera ne sont pas demeurées en reste. La première a marqué 11 points (le même nombre de points que la meilleure marqueuse mozambicaine, Leia Dongue), tandis que la deuxième a totalisé 10 points. Une bonne nouvelle pour la sélection nationale pour qui connaît le rôle de Hamchétou Maïga Ba dans cette équipe et son influence sur le groupe.

Mardi, l’artisane principale du sacre des Aigles Dames à l’Afrobasket 2007 a retrouvé toutes ses sensations sur le plancher. Non seulement elle a marqué 11 points, mais a surtout fait parler son expérience et peser de tout son poids sur la défense adverse. « Le début de match a été difficile, mais nous n’avons jamais douté. On s’est dit qu’il faut continuer à jouer notre basket. Tout le monde a joué sa partition, je suis fière de la prestation de mes coéquipières », dira en conférence la capitaine des Aigles. Visiblement satisfaite du niveau de jeu de l’équipe, Hamchétou Maïga Ba insistera sur la volonté et la détermination du groupe à poursuivre sur cette lancée.

« On s’attendait à avoir des problèmes aujourd’hui parce que le Mozambique a une bonne équipe. Le début a été difficile, mais cela n’a pas perturbé outre mesure l’équipe. Mentalement et physiquement, on a prouvé qu’on était prête. C’est très important », soulignera la capitaine des Aigles. Le coach Hervé Coudray dont c’était le premier match (le technicien français est arrivé lundi en début de soirée) affiche également sa satisfaction après la démonstration des vice-championnes d’Afrique face au Mozambique. « Au premier quart temps, on a été fébrile en défense. On a joué statique et les Mozambicaines en ont profité pour marquer plusieurs paniers. Mais dès le deuxième quart temps, l’équipe a retrouvé ses repères sur le terrain et pris le mesure de l’adversaire.

Je suis fier des filles qui ont produit un spectacle de bonne qualité aujourd’hui (mardi, ndlr) », analysera Hervé Coudray qui a perdu la voix à force de crier sur le banc. Le technicien français ajoutera qu’il a été émerveillé par le comportement des supporters, avouant qu’il n’a jamais vécu une telle ambiance dans un stade. « C’était fabuleux », dira-t-il. Très fair play, le sélectionneur mozambicain, Niquice a reconnu la supériorité des Aigles, avant d’affirmer que le Mali mérite largement la victoire. « Ce n’est ni la chaleur, ni le public qui nous ont empêché de gagner. Le Mali était simplement meilleur aujourd’hui », avouera le technicien mozambicain qui concède ainsi sa première défaite depuis le début de la compétition. Une déconvenue sans conséquence pour la capitaine Gimo Deolinda et ses coéquipières qui étaient déjà qualifiées pour les quarts de finale. Autrement dit, l’aventure continue pour les deux pays…

jeudi 29 septembre 2011, par Souleymane Bobo Tounkara

Essor