Partager

Les dépouilles de deux soldats de l’armée sud-africaine tués la semaine dernières dans un tir de mortier dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), miné par les groupes armés, ont été rapatriées mercredi à Pretoria.

A la base aérienne de Waterkloof, près de la capitale sud-africaine, les cercueils des deux soldats gradés recouverts du drapeau national ont été escortés par des militaires en treillis lors d’une cérémonie officielle en présence des familles.

Le capitaine Simon Mkhulu Bobe et le caporal Irven Thabang Semono ont été tués le 14 février sur une base militaire près de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

Il s’agit des premiers décès recensés par Pretoria depuis que le pays a déployé 2.900 soldats mi-décembre en RDC, dans le cadre de la mission de la force régionale de la SADC (Communauté de développement d’Afrique australe).

Peu de détails sur les circonstances de l’attaque ont été dévoilés à ce stade. Une enquête doit être menée.

Les affrontements se sont récemment intensifiés dans l’est de la RDC. Le Nord-Kivu est en proie depuis fin 2021 à un conflit qui oppose le M23, appuyé selon de nombreuses sources par des unités de l’armée rwandaise, à l’armée congolaise associée notamment à des groupes armés dits « patriotes ».

L’annonce de la mort de deux soldats a suscité la controverse en Afrique du Sud autour de l’engagement du pays en RDC.

Le premier parti d’opposition, l’Alliance démocratique (DA), a récemment affirmé dans un communiqué que les forces de défense sud-africaines « n’ont pas la capacité de mener efficacement » cette campagne et « ne disposent pas des équipements pour soutenir les forces terrestres ».

« Lorsque des membres des forces de défense nationale sont envoyés en mission, leur état de préparation est vérifié », a assuré mercredi lors de la cérémonie la ministre de la Défense Thandi Modise.

Et « même si cela nous brise le cœur de récupérer des corps, cela permet également aux troupes sud-africaines d’acquérir l’expérience nécessaire », a-t-elle poursuivi.

Source: AFP