Partager

Des affrontements ont opposé des « groupes armés » du Soudan du Sud à une tribu arabe à Samaha, une région frontalière revendiquée à la fois par Khartoum et Juba, a indiqué jeudi le porte-parole de l’armée soudanaise. Les combats, qui ont eu lieu mardi, « n’ont pas opposé l’armée soudanaise et l’armée sud-soudanaise », a assuré Sawarmi Khaled Saad, en disant ne pas avoir d’informations sur d’éventuelles victimes, ni sur ce qui a déclenché les violences. En novembre, l’armée soudanaise avait indiqué avoir attaqué une zone située à quelques kilomètres au nord de Samaha, où des rebelles de la province soudanaise du Darfour avaient installé un camp. Le Soudan du Sud avait alors affirmé que des bombes avaient atterri sur son territoire, tuant des civils. Le Soudan considère la zone, située aux environs de la rivière Bahr al-Arab, comme faisant partie de l’Etat du Darfour-Est. Le Soudan du Sud est devenu indépendant en juillet 2011, en vertu d’un accord de paix ayant mis fin à une longue guerre civile (1983-2005, deux millions de morts), mais les questions restées en suspens enveniment les relations entre les deux pays. Des accords signés en septembre prévoient une zone tampon démilitarisée le long de la frontière commune, mais des différents empêchent leur application. Le président soudanais Omar el-Béchir et le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, attendu jeudi à Juba, ont discuté mercredi soir à Khartoum « des moyens de mettre en oeuvre (ces) accords », a rapporté l’agence officielle Sana. AFP