Partager

Certains ont grimpé jusque sur les projecteurs du plus grand stade de Guinée, archi-comble, pour voir passer le cercueil du président Lansana Conté, vendredi, après 24 ans d’un « règne » très contesté mais dont ils attribuent souvent les échecs à « son entourage » plus qu’à lui-même. Le dernier tour de piste à Conakry du général Conté, dans son cercueil couvert du drapeau national et posé sur une jeep militaire, a été applaudi par quelque 30.000 personnes massées dans le stade, où était déployé un très grand nombre de militaires et paramilitaires canalisant la foule. Sous l’immense affiche du 50e anniversaire de l’Indépendance du pays, quelques instants plus tôt, Ousmane Sylla, 24 ans, disait : « Le président voulait aider mais il était tout le temps trahi et devait limoger ses Premiers ministres ». « C’est son entourage qui était vraiment mauvais! Ses ministres faisaient beaucoup de détournements… C’est pour ça que la jeunesse vieillit sans travail… », dit-il alors qu’une fanfare venue spécialement de Sierra Leone entame, en arabe, le chant « paix à son âme, repose en paix… ». (Afp)