Partager

Le Procureur de la République près la Cour d’Appel de Bamako, Daniel Tessougué a rencontre la presse hier lundi 2 septembre. L’objet de la rencontre était d’échanger sur les grandes questions de la justice qui ressortent de la Cour d’Appel de Bamako.

Pour mettre fin à toutes les déclarations tapageuses disant que la justice est une institution commandée, Daniel Tessougué a jugé nécessaire d’apporter des éclaircissements sur les grands dossiers de l’heure. Il s’agit notamment de la question foncière (où quelques maires sont dans les mailles de la justice), le dossier relatif au Nord-Mali et l’insécurité routière.

Concernant le Nord, il a indiqué que le dossier suit son petit bonhomme de chemin, les magistrats instructeurs sont en train de travailler dans l’ombre mais avec beaucoup d’efficacité. Avant d’ajouter que dans les jours à venir des résultats tangibles seront obtenus car dit-il la justice ne faillira pas à sa mission. Il faut que justice se fasse avant de parler de paix. « Les procédures suivent leur cours et les mandats d’arrêt ont été lancés malheureusement la communauté internationale ne joue pas son rôle. Ceci est un acte de trahison car elle ne respecte pas les engagements des conventions internationales. Aucun mandat d’arrêt n’a pu être exécuté alors qu’on sait où se trouvent ces bandits »

S’agissant de la question foncière, il a souligné qu’elle est devenue un véritable casse-tête. Les textes sont là pour réglementer cette affaire alors qu’on constate de plus en plus une corruption dans les affaires foncières. Une chose qui est incompréhensible. C’est pourquoi plusieurs maires ont été arrêtés, d’autres sont poursuivis et le dossier de quatre maires sont en instruction. « Ces poursuites n’ont rien avec les intérêts ou les questions politiques. On comprend bien la réaction de quelques avocats en manque de publicité qui essayent de se donner une certaine aura car ces dossiers sont à plaider devant la barre et non dans un journal » a-t-il martelé.

Enfin pour le cas de l’insécurité routière, le Procureur a affirmé que la question a été abordée avec l’ensemble des forces de sécurité et que des rencontres élargies sont envisagées afin que les rues soient plus sûres et mettre fin aux tracasseries et aux rackets des policiers « Ceux qui continueront à persévérer dans cette forme de corruption seront traduits devant les juridictions compétentes ».

Lors de cette rencontre, Daniel Tessougué s’est également prononcé sur le dossier de l’agression du président Dioncounda Traoré et des journalistes. Pour lui, les dossiers sont entre les mains du juge d’instruction et suivent leur cours. Il a indiqué que le dossier de l’agression du président Dioncounda Traoré est très difficile car l’infraction a été commise par la foule. Il est difficile d’identifier les auteurs dans la foule mais le dossier est très bien suivi par le juge.

Kassoum THERA

03 Septembre 2013