Partager

Pour soutenir Sidiki Diabaté, le comédien malien Petit Guimba a récemment fait une sortie plutôt déplacée contre les magistrats. Le jeune artiste a été finalement interpellé et placé sous mandat de dépôt pour « outrage à magistrat ».

Lundi 02 novembre 2020, le jeune artiste a été placé en garde à vue par le Service d’investigation judiciaire (SIJ) du camp I de la Gendarmerie de Bamako. Il sera conduit à la prison centrale sur intruction d’un magistrat au soir du mardi 3 novembre. Il rejoint ainsi le célèbre chanteur Sidiki Diabaté qui, dit-on, a une santé fragile en ce moment.

Tout serait parti d’une vidéo faite en soutien à l’artiste sidiki Diabaté, son ami. Ce dernier, en prison depuis le 24 septembre 2020, aurait besoin de soins que ne peut lui fournir l’infirmerie du pénitencier.

Dans cette vidéo, consommée sans modération sur les réseaux sociaux, il demandait aux autorités d’autoriser le célèbre pensionnaire à se faire soigner hors de la prison. Jusque là tout va bien.

Ne maîtrisant pas sa colère, il s’emporta en déclarant qu’il n’a « peur ni des magistrats ni de la prison ». Il va plus loin : « aucun être n’est né au Mali que je pourrais craindre. Ni le juge, ni le procureur, ni la Maison centrale d’arrêt (MCA). J’ai déjà séjourné dans cette prison avant Sidiki. Autorités maliennes, je jure vous m’avez déçus. Il n’y a pas de justice au Mali…». Le mal est fait.

Sur sa lancée, il enfonce le clou en ajoutant : « Sidiki est malade faites-le sortir pour qu’il aille se soigner. Sinon d’ici lundi, si nous apprenons qu’il n’a pas reçu de soins, soyez prêts à assumer les conséquences. Je jure que je suis prêt à mourir pour Sidiki».

En 2016, l’humoriste avait été incarcéré pour avoir renversé délibérément un Libanais avec sa voiture.

T. CAMARA

Source: L’Essor