Partager

Nombreux, les Maliens qui sont ravis de vos déclarations faites lors de votre long périple en Europe. Mais, les Maliens sont surtout satisfaits de vos déclaration lors de la cérémonie d’inauguration du barrage hydroélectrique de Félou, quand vous dites : «Je ne négocierai plus jamais avec un groupe armé. Qu’ils déposent d’abord les armes et on pourra discuter après. Un rebelle ne peut se hisser à mon niveau pour discuter d’égal à égal».

L’affaire Berbera en mémoire

Nous vous rappelons, M. le président que vous devez toujours garder en tête les conditions de votre élection à la tête du Mali le 13 août 2013. Vous avez été élu non pas au nom de votre parti le RPM mais pour votre personnalité.
Le Mali garde toujours à l’esprit, IBK de 1994 avec l’affaire Berbera, le diplomate suisse, complice des rebelles touaregs à Niafounké. Vous avez assumé et c’est ça, la qualité d’un homme d’Etat. Mais, nous vous demandons de ne pas s’arrêter en si bon chemin comme l’avait fait l’ancien président Alpha Oumar Konaré qui s’était rendu célèbre l’année où il avait refusé de rencontrer le président français, M. Jacques Chirac, à Dakar.

Nous vous demandons, M. le président d’aller jusqu’au bout pour restaurer la dignité et l’honneur du Mali à terre par la cupidité d’hommes qui ont trahi leur pays, leur peuple et qui sont sensés être des nationalistes. Il faut aller jusqu’au bout pour dénoncer les pays africains, voisins de la république du Mali, qui se disent amis de notre pays et qui sont les nids des rebelles et particulièrement le Burkina Faso et la république islamique de Mauritanie.
Le Mali, à notre connaissance, n’a jamais été une base arrière de rebelles armés contre ses voisins. Ce que nous savons, dans les années 70-80, le Mali avait autorisé le Mouvement Polisario a exploité une partie de son territoire, reconnu par l’OUA (Organisation de l’unité africaine) comme un mouvement de libération.
Nous avons en mémoire, M. le président, les différentes attaques du rebelle touareg Mohamed Ag Rhissa à partir du gourma, zone frontalière entre le Burkina Faso et le Mali.

Le Burkina Faso et la République islamique, amis du Mali ?

Comment le Burkina et la République islamique peuvent être des pays amis de la République du Mali et en même temps, ils hébergent les ennemis du Mali ? Des rebelles qui ont pour gloire, l’envoi de milliers de leurs compatriotes à l’exode ou refugiés hors du Mali. Le Burkina Faso n’a pas de ressources qui lui permettent de loger des dizaines de rebelles dans un hôtel et s’occuper de leurs déplacements dans les pays européens, particulièrement en France et ailleurs dans le monde. C’est pour vous dire que le Burkina Faso est une marionnette dans les mains des pays d’Europe. On ne peut pas être médiateur et belligérant à la fois.

Nous avons dénoncé depuis le départ des hostilités que le Mali a été victime d’un complot de l’intérieur (nos démocrates sincères et convaincus) et de l’extérieur (communauté internationale, CEDEAO). Ceux qui ont comploté contre le Mali sont ceux qui se disent partenaires du Mali et se sont ces partenaires là les décideurs du sort du Mali. Il n’y a aucun «territoire Azawad, ni un Etat Azawad». Nous sommes de ceux qui ont dit dès au début, qu’il n’y a rien à discuter car rien ne justifie ce qui a été posé comme actes par le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) et ses suppôts, surtout dans un pays où il y’a un minimum de démocratie et de décentralisation.

Monsieur, le président, ne vous arrêtez pas en cour chemin. M. le président, vous devez en tant que président de la République du Mali, exiger des pays amis voisins de ne plus abriter des rebelles armés contre notre pays. Ces groupes armés doivent être privés de paroles et ces pays voisins doivent les renvoyer dans le lot des refugiés ou bien les extrader au Mali. Votre lutte doit être menée tous azimuts contre la corruption et la délinquance financière dans tous les secteurs. M. le président, le Mali est au-dessus de la mêlée et le Mali d’abord avant tout. M. le président, le blason du Mali doit être redoré sur le plan scolaire. Aucun développement n’est possible sans instruction des jeunes, sans la formation de véritables ressources humaines. M. le président, l’école malienne doit être «dépolitisée» comme le clientélisme dans la fonction.

M. le président, il faut penser à faire à la reforme de l’homme malien, c’est-à-dire un nouveau type de Malien. Déjà, dans les années 80, le mot «formation des ressources humaines», était un leitmotiv du président Ahmed Sékou Touré (paix à son âme).M. le président, mettez le peuple malien au travail comme ce fut après le 22 septembre 1960.
Pour la défense de notre pays, l’accent doit être mis sur notre armée et les hommes qui la composent. Nous n’avons jamais confiance à un accord de défense avec une puissance étrangère à plus forte raison avec la France qui pourra un jour se prévaloir de ça pour s’immiscer dans les affaires intérieures du Mali.
Aucun homme ne peut avoir la baraka si sa famille est gérée par autrui. Nous terminons par la nouvelle du jour qui est consacrée à la mise sous mandat de dépôt de quelques magistrats et des auxiliaires de justice. Celui qui vole un œuf est un voleur comme celui qui vole un bœuf, ou bien une moto ou trois millions. Les syndicats de la magistrature et leurs syndicats auxiliaires qui avaient tenté de faire une grève illimitée, oublient que le travail qui a permis de mettre sous mandat de dépôt leurs camarades, c’est le travail de l’inspection judiciaire, de la cour suprême et ce sont des magistrats qui sont au sein de ces institutions de la justice.

Pour la présomption d’innocence prévue par la constitution, dès que l’inspection judiciaire et la cour suprême approuvent une action, il n’y a plus présomption d’innocence car la cour suprême est une institution de la constitution du Mali. Donc, ces hommes mis sous mandat de dépôt sont fautifs. Celui qui défend un malfaiteur est un malfaiteur et celui qui aide un voleur est un voleur. C’est ça notre logique même si la logique n’est pas la loi.

Nous souhaitons bonne chance au président IBK qui doit écouter le peuple malien qui l’a plébiscité à 77.62%. La meilleure légitimité, c’est à l’intérieur de son pays. Le meilleur combat, c’est à l’intérieur de son pays. La meilleure dette, c’est la dette contractée vis-à-vis de ses compatriotes et non une dette extérieure. Le meilleur protecteur est Allah, Le Seigneur de l’univers.
Que Dieu sauve notre pays. Amine.

Yacouba ALIOU

L’Inter de Bamako du 23 Décembre 2013