Partager

Après le rejet par la Cour d’Appel de sa demande de mise en liberté provisoire, le maire du District de Bamako, Adama Sangaré est toujours incarcéré depuis début mai 2013 dans la maison d’arrêt et de correction de Koulikoro. Face à cette situation, les maires ont décidé d’interpeller les plus hautes autorités à commencer par le président de la République afin que leur collègue recouvre la liberté provisoire.

De ce fait, l’Association des municipalités du Mali, en collaboration avec l’association des régions du Mali et l’association des collectivités cercles du Mali a organisé une réunion de soutien aux maires de Diafarabé et du District de Bamako sous contrôle judiciaire. Cette réunion a réuni les maires du District de Bamako, les élus locaux et certains maires de Kati.

L’objectif de cette rencontre était de manifester leur solidarité à l’endroit de tous les maires inquiétés et plus particulièrement le maire du District de Bamako pour qu’ils recouvrent la liberté provisoire selon le règlement judiciaire du Mali. Au terme des échanges, les participants se sont mis d’accord pour saisir les autorités politiques à commencer par le premier magistrat du pays en l’occurrence le président de la République, les responsables politiques à travers des correspondances. Une manière d’affirmer leur solidarité aux différentes actions de soutien entreprises par l’Association des municipalités du Mali pour la libération de leurs collègues.

Pour les maires et les élus locaux, cette affaire est devenue « politique« raison pour laquelle ils ont décidé d’interpeller les autorités politiques. Au cas où cette démarche n’aboutira pas, ils ont décidé d’observer dans les jours à venir une grève sur l’ensemble des mairies du Mali.

Bandiougou DIABATE

L’Indépendant du 26 Juin 2013