Partager

Le désormais ancien Président de la Fédération malienne de hippisme, Mamadou Tiéoulé Konaté, non moins Conseiller du Président de la République, va devoir méditer sur son triste sort en prison. Il vient d’être arrêté et mis au gnouf, suite à une plainte contre X déposée par le ministre des Sports, Housseini Amion Guindo dit Poulo.

Mamadou Tièoulé Konaté, celui-là même qui s’était opposé à la décision du ministre des Sports de mettre un Comité transitoire à la tête de la Fédération malienne de hippisme. Cela à cause des querelles interminables entre les acteurs du monde du cheval au Mali.

En effet, depuis plus de deux ans, le hippisme malien connaît une guerre fratricide entre ses différents responsables. De procès en procès, les responsables des différentes associations de hippisme ne soufflaient plus dans la même trompette, créant un climat délétère dans le monde du cheval. Conscient du danger que cela constituait pour cette discipline convoitée, lorsqu’il a été nommé à la tête du département des Sports Poulo a mis fin à ce désordre, en dissolvant le Bureau fédéral et mis en place un Comité transitoire, présidé par l’ancien ministre des Sports Adama Koné, en concertation avec les parties en conflit depuis plus de deux ans.

Le fils de Tiéoulé Konaté s’était opposé à cette décision du ministre des Sports, en tentant de saboter les activités du Comité transitoire. En effet, alors que celui-ci avait organisé une course le dimanche 1er juin dernier, juste au moment où les chevaux allaient commencer à courir, il avait fait monter des enfants sur la piste pour perturber la course.
Comme si cela ne suffisait pas, il a encore remis cela le dimanche 8 juin, au cours d’une course de gala, manipulant des enfants en leur faisant jeter des cocktails Molotov. Malheureusement, l’un des enfants a été grièvement blessé et est décédé par la suite.

Malgré les nombreuses tentatives du ministre des Sports pour le faire revenir à de meilleurs sentiments, Mamadou Tiéoulé Konaté a persisté dans son opposition aux pouvoirs publics. Espérons qu’en prison il retrouvera ses esprits.

Youssouf Diallo

22 Septembre du 14 Juin 2014