Partager

Jugeant le dossier incomplet parce que ne contenant pas de certificat médical, le tribunal de la Commune III a renvoyé hier au 8 juillet le procès dans l’agression du Pr. Djibonding Dembélé.

Le procès des présumés auteurs d’agression sur la personne du Pr. Djibonding Dembélé a été renvoyé hier par le tribunal de la Commune III au cours de son audience publique.

Après un débat entre les avocats de la défense, de la partie civile et le représentant du ministère public, le président a décidé de renvoyer au 8 juillet le jugement des présumés coupables. Il s’agit de Souleymane Karamoko Dembélé et Amadou Coulibaly dit Fool, étudiants en 1re année à la FSJP.

L’avocat de la défense, Me Alou Diarra, a d’entrée de jeu pris position contre l’absence des prévenus dans salle. « Nous ne comprenons pas l’absence de nos clients, il n’y a aucune circonstance exceptionnelle dans ce procès, donc les débats ne peuvent pas avoir lieu en l’absence des prévenus qui ont leur avis à donner à leur avocat. Nous n’entendons pas nous associer à un procès ou les règles du jeu sont déjà biaisés », s’est-il défendu.

Le représentant du ministère public Mamadou Bandiougou Diawara a expliqué que l’absence des prévenus est due au fait que les dispositions sécuritaires en place sont susceptibles de faillir car, selon lui, l’expérience a démontré que les procès d’étudiants sont l’occasion de débordement. En réalité, le ministère public qui s’attendait à une telle réaction des avocats de la défense, a demandé le renvoi du procès estimant que le dossier « n’est pas en état ».

En effet, selon M. Diawara, en matière de coups et blessures volontaires l’établissement d’un certificat médical est indispensable pour la diligence du jugement. Or, dans le cas de l’agression de Djibonding, le substitut du procureur du tribunal de la Commune III a révélé que le ministère attend toujours le médecin traitant de Djibonding à qui, il aurait demandé, en complément du dossier, l’établissement d’un certificat médical.

Amadou Waïgalo

25 Juin 2008