Partager

Au cours de ces 48 heures, de folles rumeurs circulaient par différents canaux concernant le rapt, dans notre pays, de trois journalistes de la chaîne qatarie, Al Jasira.

Mais notre source est formelle : lesdits journalistes n’ont pas été enlevés ; mais ont plutôt été empêchés de se rendre à Gao. A un moment donné, ils auraient cherché à prendre contact avec le ministère malien de la Défense. Mais pour l’heure, et compte tenu de la méfiance du Mali envers le Qatar qui soutient ces égarés du Nord-Mali, l’accès aux services audit département par ces trois confrères d’Al Jasira a été un échec. Or on sait que pour accéder actuellement aux services de ce département, il faut non seulement une accréditation en bonne et due forme, mais il faut aussi montrer « patte blanche », surtout qu’à quelques encablures de la chasse aux terroristes assiégeants du Nord, on ne sait plus qui est qui : donc prudence…

En fait, la mission de ces journalistes n’était pas terminée. Leur seconde opération devait donc se dérouler à Gao. Aussi, ils s’apprêtaient à rallier la capitale des Askia (Gao) uniquement pour faire l’apologie de ces terroristes du Nord. Ces supposés journalistes d’Al Jasira avaient l’intention d’y aller faire la promotion sociale du MUJAO. Par ailleurs, on sait qu’aujourd’hui, tous les Maliens sont unanimes sur le fait que le Qatar soutient financièrement et matériellement ces sauvages barbus du MUJAO et d’AQMI. Et personne n’ignore aujourd’hui la méfiance et l’insociabilité qu’affichent les populations du Nord-Mali à l’endroit de ces terroristes qui sont les « chouchous » du Qatar. Selon notre source, alors qu’ils partaient à Gao, ces journalistes avaient été interceptés à Ségou par les services de renseignement des forces armées maliennes. Actuellement, ils sont sains et saufs et vaquent librement à leurs affaires à Bamako. Mais lesdits services de renseignement veillent au grain sans répit.

Soumana Touré Miguel

Le Combat du 6 Décembre 2012