Partager

A la faveur d’une conférence de presse qu’il a animée lundi dernier, le Syndicat national des commerçants détaillants du Mali a pointé un doigt accusateur sur l’Ambassade et le Consulat de Chine. Et pour cause : les autorités chinoises auraient refusé de délivrer des visas à des commerçants maliens dont des membres du Synacodem, qui dit être désormais sur le pied de guerre.

Après avoir exprimé toute sa préoccupation face cette situation qui daterait de 2010, Cheick Oumar Sacko, président du Syndicat des détaillants, a expliqué que sur demande de la partie chinoise, le Synacodem envoyait la liste de ses membres qui exprimaient le désir de se rendre en Chine. Malheureusement, ce processus a connu un coup d’arrêt après l’octroi de quelques visas.

Si l’on en croit le président du Synacodem, les autorités chinoises imputent ce blocage au fait que les noms des commerçants de notre pays figureraient sur une liste noire et, de ce fait, ils seraient activement recherchés par la justice de la République populaire de Chine. Pire, les autorités chinoises auraient multiplié les conditions autour du voyage, exigeant des commerçants le paiement d’une caution de 3 millions FCFA, et du Synacodem de se porter garant de tout acte qu’un commerçant malien aurait à poser sur le sol de l’empire du milieu. Toutes choses qui ont vraisemblablement provoqué l’ire des détaillants qui affirment que la Chine est le seul pays au monde où les commerçants du Mali font face à des conditions aussi draconiennes. Contactées, les autorités maliennes seraient restées sourdes au cri de cœur du Synacodem, aux dires de M. Sacko.
En réaction à ces allégations, la partie chinoise tente de montrer sa bonne foi dans cette affaire. Dans une note explicative, le service consulaire de l’ambassade de Chine au Mali, tout en réaffirmant l’importance que le gouvernement chinois accorde aux relations sino-maliennes, rappelle les mesures que l’Ambassade de Chine auraient prises pour l’obtention du visa chinois.

En 2012, rappellent les autorités chinoises, le nombre des visas délivrés auraient enregistré une hausse de 171% par rapport à celui de 2009. Mieux, durant les neufs derniers mois, l’Ambassade aurait déjà délivré plus de 4000 visas aux demandeurs maliens, entre autres. Ce que le Service consulaire semble regretter, c’est le fait qu’il signalerait fréquemment des faux papiers parmi les dossiers de demande de visa. Toute chose qui, de l’avis de la partie chinoise, perturberait gravement le travail quotidien du service consulaire. Et l’Ambassade chinoise de promettre qu’elle accordera, comme par le passé, des facilités concernant la délivrance du visa en faveur des commerçants maliens crédibles, tout en encourageant le développement continuel des échanges commerciaux entre la Chine et le Mali.
Voici une situation qui mérite l’implication rapide des autorités maliennes pour sauvegarder l’exemplarité qui a caractérisé jusque-là les relations séculaires qui existent entre nos deux pays.

Bakary SOGODOGO

Le Prétoire du 3 Octobre 2013