Partager

Lorsqu’un crime ou un délit est commis dans des circonstances troubles, la question invariable que se posent les enquêteurs chargés de l’élucider est de savoir à qui profite le crime. Dans le cas d’espèce, les regards se tournent vers le camp Soundjata Kéita de Kati qui abrite le QG de la junte ayant opéré le coup d’Etat militaire du 22 mars 2012 pour plusieurs raisons.

Les individus qui ont enlevé le colonel Mamourou Doumbia voulaient obtenir la mise en liberté des personnes emprisonnées pour « troubles à l’ordre public » à la suite de la violente manifestation ayant conduit à l’agression du président de la République par intérim, Dioncounda Traoré, au palais de Koulouba, le 21 mai dernier. Laquelle agression sera plus tard requalifiée en » tentative d’assassinat » par le parquet. Ces personnes sont au nombre de trois et appartiennent toutes à l’association » Yèrèwolo Ton « , un groupuscule d’agitateurs qui s’est fait signaler par la virulence de ses attaques verbales contre la désignation du Pr Dioncounda Traoré comme président de la transition, à qui elle préférait le capitaine Amadou Haya Sanogo, chef des putschistes du 22 mars. De l’agressivité verbale » Yèrèwolo Ton » passera à l’occupation du portail de l’Assemblée nationale pour en interdire l’accès aux députés accusés d’être des fantoches et des corrompus sous le régime ATT.

Enfin, le jour de la marche sur Koulouba, les activistes proches de cette association se trouvaient en première ligne, armés de gourdins, de couteaux, de bâtons, de barres de fer ou plus simplement de cailloux ramassés sur la colline où trône le palais et hurlaient davantage que les autres. Une chose est sûre : » Yèrèwolo Ton » revendiquait haut et fort son soutien au capitaine Sanogo et figurait parmi les composantes de la COPAM qui projetaient » d’investir » ce dernier comme » président de la transition » et en seront dissuadés à coup de triques et de grenades lacrymogènes par les forces de l’ordre revenues à leur mission après le laxisme voire la complicité qui a failli coûter la vie au Pr Dioncounda Traoré.

On peut donc comprendre que le capitaine Sanogo, pour la cause de qui les trois dirigeants de Yèrèwolo Ton séjournent en prison, de son propre chef ou cédant à des pressions de son entourage, ait fini par tenter de les faire libérer. Histoire de se donner bonne conscience ou de redorer son blason passablement terni auprès de ses » associés » civils depuis qu’il a signé, le 20 mai, l’accord avec la CEDEAO faisant de lui un » ancien chef d’Etat » avec tous les avantages et privilèges qui s’y rattachent.

La méthode utilisable est pour le moins contestable car à l’opposé de la légalité. Le régisseur de la prison centrale de Bamako, tout colonel qu’il est, a été enlevé par des militaires et conduit à Kati. Il n’a dû sa libération qu’à la Brigade territoriale de gendarmerie de Bamako Coura, contiguë à la prison centrale. Sitôt informé de l’enlèvement du colonel Doumbia, le commandant de cette Brigade, le lieutenant Lassine Tamba Kéïta, a déployé ses éléments et sans doute aussi ses relations dans le corps de l’armée, pour le retrouver. Nos efforts pour obtenir des détails de cette libération sont restés vains. Dans l’armée, on n’aime pas beaucoup parler.

Nos investigations nous ont permis de savoir que le régisseur de la prison centrale n’a pas été le seul, ce jeudi 7 juin, à avoir eu à faire avec les soldats.

Le procureur Sombé Théra, qui a en charge la conduite de l’enquête sur » la tentative d’assassinat » du président intérimaire Dioncounda Traoré, a lui aussi, reçu la visite des militaires. Nos sources indiquent que les discussions ont été houleuses.

Ces faits tendent à prouver que les putschistes restent impliqués dans la gestion des affaires publiques, notamment judiciaires. Un comportement que la CEDEAO, l’UE et l’ONU ont, une nouvelle fois, dénoncé lors d’une rencontre qui les a réunies, jeudi dernier, à Abidjan. Tout en réitérant leur à la dissolution » totale et définitive » du CNRDRE au profit des organes de la transition déjà en place et opérationnels.

Abdoulaye DIARRA

L’Indépendant du 11 Juin 2012