Partager

Depuis qu’il a été placé sous mandat de dépôt le mercredi 27 novembre 2013, le général de corps d’armée Amadou Haya Sanogo n’avait plus revu le juge d’instruction Yaya Karembé. C’est en principe ce mardi 15 avril 2014 que le capitaine bombardé général 4 étoiles sera interrogé, après sa première comparution et les différentes découvertes de charniers à Diago et ailleurs.

Cet interrogatoire devra permettre au général de s’exprimer librement et il sera même assisté par ses avocats. Avant le général Haya, le juge Karembé avait écouté plusieurs autres militaires à deux reprises, comme les généraux Sidi Touré, Yamoussa Camara, ainsi que Amadou Konaré et tous ceux qui sont sous contrôle judiciaire.

En plus de l’affaire des bérets rouges disparus, le juge Karembé multiplie les auditions dans l’affaire de la mutinerie du 30 septembre 2013. Ainsi, la veuve du colonel Youssouf Traoré Saba Sissoko et plusieurs militaires de Kati et des civils continuent à être entendus par Yaya Karembé.

Pour ce qui concerne sa récusation, il attend toujours car c’est au premier président de la Cour d’appel de trancher en confirmant l’opportunité de cette requête des avocats du général Haya. En attendant, il continue à faire son travail. Après l’interrogatoire du général Haya, il y aura une série de confrontations entre les militaires. C’est qu’après cela qu’il fera son rapport final qui sera transmis à qui de droit avant l’organisation du procès.

Pour rappel, c’est le juge Karembé qui instruit les deux dossiers, et certains juristes souhaitent qu’il y ait une coordination de jonction des deux dossiers. Selon les mêmes juristes, il est temps que l’Etat malien se constitue partie civile, sinon il court le risque de se voir attaquer par les deux parties après le procès.

Kassim TRAORE

Le Reporter du 15 Avril 2014.