Partager

Après le rejet d’une première demande de liberté provisoire par le tribunal de la Commune IV, les avocats du détenu viennent d’introduire une nouvelle demande pour la même cause, afin que leur client, qui souffre d’une tumeur thoracique bénéficie des soins appropriés.

Faut-il rappeler que Daouda Yattara est incarcéré pour enlèvement et meurtre sur la personne de Mory Magassouba dit “Bilacoroba” et de Kassim Camara alias “Kassim Dafara”.

L’histoire remonte en 2002-2005, où un certain “Bilacoroba” venu de sa Guinée natale, débarque au domicile de Mamby Kéïta, chasseur guérisseur à Kangaba pour lui demander de l’aide pour combattre un certain Daouda Yattara à Bamako.

Après des échanges verbaux inamicaux entre “Bilacoroba” et Kaba Mamby, ce dernier ligote le Guinéen pour l’emmener au domicile de son maître, Sayon Kéïta.

Trouvant celui-ci absent, il décide alors de se rendre chez Daouda Yattara pour inviter celui-ci à emporter avec lui le fétiche que le Guinéen prétend lui avoir vendu (chez son maître) pour que l’affaire soit tirée au clair.

Ainsi, Daouda embarqua “Bilacoroba” pour faire le tour de Sébénikoro, en l’exhibant comme un trophée de victoire. L’affaire prit une nouvelle tournure, lorsque les parents de Bilacoroba portèrent plainte pour enlèvement et disparition de ce dernier.

Quant à l’affaire de disparition de Kassim Camara dit “Kassim Dafara”, on se rappelle qu’elle date d’il y a environ 11 mois. Les circonstances de cette disparition restent encore mystérieuses.

Le quartier de Djicoroni-Para en Commune IV du District de Bamako était la résidence du disparu. Tout ce que l’on sait sur l’affaire c’est que le corps sans vie de Kassim a été retrouvé quelques jours après sa disparition.

L’enquête policière qui a suivi, a été dirigée tout droit sur Daouda Yattara plus connu sous le sobriquet de “Sitanè” et sur Modibo Kéïta alias Van, les deux amis du défunt.

Si la piste du meurtre privilégie l’implication de Daouda Yattara, l’enquête quant à elle tarde à établir une responsabilité directe de ce dernier.

Toujours incarcéré, Daouda Yattara, semble t-il souffre aujourd’hui d’une tumeur thoracique. C’est du moins ce qui ressort du résultat des analyses médicales effectuées la semaine dernière par le médecin traitant qui, selon les informations, préconise une intervention chirurgicale.

Cependant, les avocats du détenu ont introduit avant hier auprès de la Cour d’Appel de Bamako une demande de mise en liberté provisoire aux fins d’hospitalisation.

Faut-il lui accorder cette liberté provisoire sollicitée? La décision doit revenir à la Cour qui en principe se penchera sur cette demande aujourd’hui 15 mars 2006.

Moussa TOURE

15 mars 2006.