Partager

Dans le cadre de sa politique de désenclavement intérieure et extérieure du pays, le gouvernement du Mali entend accorder une place de choix au développement du transport aérien. Mais pour que le secteur joue tout le rôle attendu de lui en matière de développement économique du pays, un certain nombre de mesures s’imposent en terme, notamment, d’amélioration de la qualité des infrastructures et équipements aéroportuaires de façon à mieux les adapter au besoin de l’exploitation.

Considéré comme une rare occasion permettant de moderniser l’aéroport international Bamako Sénou et de l’étendre ensuite, le programme Millénium challenge account (MCA) offre aujourd’hui toutes les garanties permettant de rehausser la qualité de la plate forme aéroportuaire du Mali en ce qui concerne les échanges commerciaux et la promotion de l’exportation des fruits et légumes. Mais la réalisation de ce vaste chantier de modernisation et d’extension programmée de l’aéroport de Bamako ne pourra cependant se faire sans certaines entorses à l’environnement physique immédiat de l’aéroport.

C’est face à toutes ces questions exigées par les normes internationales en la matière, que les experts du MCA-Mali et ceux de la direction nationale de l’assainissement et du contrôle des pollutions et nuisances ont travaillé à l’élaboration d’un certain nombre de documents comprenant un rapport d’études d’impact environnemental, un autre sur le système de management environnemental et un plan d’action de réinstallation (PAR).

Les trois documents viennent d’être validés suite à un séminaire de deux jours qui s’est déroulé les 13 et 14 novembre derniers dans les locaux de l’hôtel Nord Sud, sous la présidence du directeur national de l’assainissement et du contrôle des pollutions et nuisances, Félix Dakouo.

Dans son mot introductif des travaux, la directrice générale de MCA-Mali, Mme Néné Traoré a fait un bref rappel de la signature, le 12 septembre dernier, d’un accord d’entité entre le MCA et la DNACPN en vue d’une meilleure appropriation de ces projets par les services techniques de l’Etat.

« Le projet de modernisation et d’extension de l’aéroport international de Bamako Sénou du programme du Millénium Challenge Account constitue une grande opportunité pour faire de la plate forme aéroportuaire un véritable hub pour les échanges commerciaux », a déclaré la directrice générale. Pour elle, étant donné les impacts négatifs que le projet aura nécessairement sur l’environnement immédiat de l’aéroport, certaines mesures d’adoucissement s’imposent dès à présent. Ces dispositions doivent, selon elle, porter, entre autres, sur la gestion du bruit des aéronefs, le dégagement des passages de servitude aéronautique et la protection de l’aéroport contre le risque aviaire.

Le directeur national en charge de l’assainissement et du contrôle des pollutions et nuisances a salué la hauteur de vue du MCA qui associe les services publics de l’Etat dans la mise en œuvre des activités destinées à l’appropriation des projets.

« Les documents soumis à votre appréciation doivent garantir une bonne gestion des conséquences sur l’environnement, favoriser l’intégration des objectifs fondamentaux », a-t-il instruit, avant de saluer la tenue d’une rencontre qui doit aboutir à la délivrance du permis
environnemental, une pièce administrative indispensable au démarrage effectif des travaux.

OUMAR DIAMOYE

17 Novembre 2008