Partager


Construit en 1974 pour accueillir 250 000 passagers, l’aéroport international de Bamako qui faisait tant la fierté des Maliens ne répond plus aux normes internationales. Plus de trente ans après son inauguration, ses locaux ne répondent plus aux contraintes de l’heure. Sa capacité d’accueil est passée de 250 000 à 516 000 passagers. Selon les révélations de la présidente directrice générale des Aéroports du Mali, Mme Tabara Kéïta, l’actuel Hall de l’aéroport international de Bamako-Sénou ne peut pas accueillir deux vols de 500 passagers.

« Tant qu’on n’agrandit pas, nous confia-t-elle, le problème demeurera« . L’autre problème auquel est confronté aujourd’hui Bamako-Sénou qui est considéré comme la vitrine de notre pays, c’est le manque criard d’activités la journée. Les nombreux agents qui y travaillent sont obligés de tourner les pouces avant l’arrivée des avions la nuit.

C’est pour dire que l’espace aéroportuaire de Bamako-Sénou qui contient de nombreuses installations ne vit qu’au rythme des avions. La modernisation en marche C’est pour corriger tous ces dysfonctionnements actuels et rendre plus performant l’aéroport de Bamako-Sénou en le mettant en phase avec les contraintes de l’heure que la présidente directrice générale des Aéroports du Mali, Mme Tabara Kéïta, a suggéré aux autorités du pays toute une batterie de mesures.

Des initiatives qui se résument en trois points : construire, aménager et agrandir. Dans ce cadre, elle a présenté un projet de réhabilitation au Projet d’appui aux sources de croissance, logé au ministère de la Promotion des Investissements, des Petites et Moyennes Entreprises.

Compte tenu de la pertinence et la fiabilité de ce projet, le Conseil d’administration du Millennium Challenge Corporation a prévu dans la manne financière accordés à notre pays une composante aéroportuaire dans laquelle figurent la construction des aires de mouvement, leur réhabilitation et une zone industrielle. Ce financement qui s’étend sur cinq ans permettra à l’aéroport international de Bamako-Sénou de changer fondamentalement de visage.

Déjà, avant la mise en route de cette manne financière, la présidente directrice générale des Aéroports du Mali, a engagé des actions tendant à moderniser les vieilles installations en place. D’abord, elle a doté Bamako-Sénou des équipements de sûreté de dernière génération qui se trouvent partout ailleurs dans le monde. Ensuite, conformément aux obligations de l’organisation de l’aviation civile internationale, l’actuelle équipe dirigeante des aéroports du Mali a rendu le port du badge obligatoire pour éviter que n’importe qui ne se hasarde dans les zones dites de sécurité dont l’accès est réglementé.

L’innovation majeure a été l’aménagement des parkings ultramodernes. Selon la présidente directrice générale, Mme Tabara Kéïta, c’est pour les usagers que ces investissements ont été faits. En effet, les équipements qui ont été achetés pour le confort des usagers coûtent excessivement chers. Pour sensibiliser les nombreuses personnes qui ont décidé de voyager par Avion et leurs accompagnateurs, les Aéroports du Mali, ont après un avis d’appel d’offres de recrutement et une sélection rigoureuse, recruté vingt quatre filles. Ces filles accueillantes sont en train de donner du charme à Bamako-Sénou.

En plus de ces efforts exceptionnels, la Direction des aéroports du Mali a lancé une vaste enquête auprès des usagers pour dégager une tarification de ces parkings qui conviendrait à tout le monde.

Birama Fall

30 novembre 2006.