Partager

Le vendredi 13 Avril 2008, le ministre des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Pr Amadou Touré, entouré des membres de son cabinet, a rencontré le bureau de coordination de l’Association des Elèves et Etudiants du Mali (AEEM) conduit par son Secrétaire Général M. Mohamed Baby.

Deux points étaient inscrits à l’ordre du jour: la situation à la FSJP et la non évaluation au niveau de l’enseignement secondaire.

Situation à la FSJP

Dans son intervention, le ministre Amadou Touré a fait la genèse de la situation. Il a rappelé qu’en Mars dernier, il y a avait des affrontements dans cette Faculté entre les étudiants et les professeurs. C’était l’insécurité totale, et des enseignants étaient agressés physiquement jusque dans leurs domiciles, car les résultats de la session étaient jugés en dessous des attentes.

Aussi, pour ramener le calme et la sécurité, le ministre a demandé au corps professoral de la Faculté d’accorder une deuxième session aux étudiants, afin qu’il ne soit pas victimes d’une situation. L’un des objectifs recherchés était de corriger une injustice, compte tenu de certaines réalités.

Ainsi, la tenue de la deuxième session a permis de rétablir le calme et de mettre fin aux affrontements. Les examens se sont déroulés dans la sérénité, les corrections sont terminées, les commissions ont travaillé et il ne manque maintenant que la délibération.

J’ai demandé trois choses au Recteur, à propos des résultats : que la délibération se fasse en présence de l’ensemble des enseignants qui ont corrigé, de faire des projections, et qu’il ne faut aucune immixtion étrangère dans la proclamation des résultats; c’est un problème pédagogique”, a indiqué le ministre, avant de demander au bureau de coordination de sensibiliser ses militants afin qu’ils restent à la maison tant que les résultats ne sont pas affichés, mais aussi de les accepter.

Mais au préalable, il a fait savoir qu’un syndicat interfère dans la proclamation des résultats, ce qui risque d’avoir des conséquences sur le déroulement des cours, au niveau de la 1ère année FSJP, et de compromettre ce qui a été fait comme effort.

La non évaluation au secondaire

Le ministre a déclaré que des négociations sont en cours, pour amener les enseignants à lever le mot d’ordre de boycott. Dans son intervention, le Secrétaire Général de l’Association des Elèves et Etudiants du Mali, M. Mohamed Baby, a fait savoir que dans les classes, des enseignants du secondaire relevant de la direction de la COSES s’adonnent maintenant à l’intox.

Ils consacrent tous les jours cinq minutes à dire en classe aux élèves que le ministère des Enseignements secondaire a donné 15 millions à l’AEEM pour maintenir les élèves du secondaire en classe”. Il estime que l’objectif recherché par ces gens-là est d’opposer la base au bureau de coordination.

Sur ce point, le ministre a donné l’assurance à l’AEEM que les compositions et les examens vont se tenir. “Nous sommes en train de trouver des alternatives. Sensibilisez vos militants à se préparer, puisqu’on ne peut pas rester dans le statu quo”, a-t-il déclaré.

A propos de la FSJP, le Secrétaire Général de l’AEEM a fait savoir que les étudiants n’ont pas bénéficié de tous les cours, et souhaite que le corps professoral tienne compte de cet aspect.

Moussa TOURE

21 avril 2008.