Partager

Après avoir « avalé » des partis politiques, l’Adéma continue de se renforcer par de nouvelles adhésions. En Commune V, au moment où ce n’est pas l’accalmie dans d’autres grandes formations en partie à cause des guerres de positionnement, le parti de l’Abeille a obtenu l’adhésion du 1er adjoint au maire de la Commune V et de plusieurs autres militants.

Les élections municipales arrivent à grands pas et tous les moyens sont bons pour les partis politiques de convaincre d’autres militants de les rallier. L’Adéma/PASJ ne dort pas sur les lauriers. Elle cherche à faire adhérer au parti toutes les personnes susceptibles de lui apporter une plus. Après moult tentatives, le parti de l’Abeille a finalement réussi le transfert dans son camp de l’actuel 1er adjoint au maire de la Commune V du district de Bamako, Ibrahima Dioné.

Cette adhésion découle de l’incapacité des autres formations en vue dans la localité à s’entendre sur les mêmes choix, les mêmes idéaux, et de ce fait, de maintenir leurs militants, surtout les plus populaires. Le nouvel arrivant dans la Ruche, Ibrahima Dioné n’est pas un militant quelconque en Commune V, car ayant été maire de 1992 à 1997 sous les couleurs du Cnid, ensuite élu 1er adjoint au maire Demba Fané sous la bannière de l’URD. Sa dernière joute électorale remonte aux dernières législatives, où il s’est classé 3e.

Si M. Dioné que d’aucuns qualifient de « caméléon politique » est à l’Adéma aujourd’hui, c’est parce qu’il avait maille à partir avec les dirigeants du Cnid, sa première formation et ensuite avec ceux de l’URD. A la veille des municipales en 2004, le Cnid a préféré Abba Touré de Kalaban à lui, et, à l’URD, ce n’est pas la paix avec le maire Demba Fané et le député Mme Coulibaly Kadidiatou Samaké, soutenus dans leurs œuvres par le bureau du parti de Soumaïla Cissé.

Un responsable de la section V de l’Adéma s’est dit heureux de cette adhésion, car « Dioné nous a toujours battus à Daoudabougou, son fief, où nous n’avions pas de leader charismatique ». Les autres « grosses pointures » politiques ne se montrent pas rassurantes. Elles ont de la peine à transcender les divergences pour faire front commun dans une même cause.

L’Adéma, seule en force ?

Jadis considéré comme la 1re force politique en Commune V où il avait réussi à faire élire 2 députés lors des élections législatives de 2002, à savoir Baconi Ballo et Kadari Bamba (paix à son âme), le Rassemblement pour le Mali (RPM) est en mauvaise posture. Cette chute s’est traduite par la perte par le parti du Tisserand des deux places à l’hémicycle.

L’on se souvient que lors des législatives de 2007, l’honorable Baconi Ballo, à l’époque président du groupe parlementaire RPM/RDT, n’a pu briguer à nouveau une place de député dans la mesure où l’unanimité n’avait pas été faite autour de sa candidature. Depuis, le parti a du mal à se relever dans la Commune.

A l’URD, ce n’est pas non plus l’accalmie souhaitée. A l’image de la mairie de la Commune V, où des conseillers municipaux URD ne parlent plus le même langage que le maire Fané. Selon des sources, ces élus URD seraient prêts à claquer la porte du parti. Aussi, Dr. Béfon Cissé, membre de la section V de l’URD, ne serait pas content de « l’imposition de la volonté » du seul député Mme Coulibaly Kadidiatou Samaké.

Même s’il a réussi à faire élire comme député Mme Sissoko Fanta Mantchini Diarra, le Cnid aussi fait pâle figure dans la Commune à cause notamment de guerres de positionnement. A Kalabancoura par exemple, le conseiller municipal Abba Touré a engagé un bras de fer avec des jeunes du parti qui ne veulent plus le voir défendre les couleurs du Soleil levant aux prochaines élections municipales. L’instance dirigeante du parti du Soleil levant aurait même été sollicitée pour départager les deux camps.

Le verdict sera-t-il communément accepté ? Ne conduirait-il pas à d’autres démissions ?

En tout état de cause, c’est l’Adéma, pour l’heure, qui bénéficie de ces divergences au sein des grandes formations politiques. Le parti de l’Abeille peut sereinement envisager les futures échéances électorales.


Ogopémo Ouologuem

(stagiaire)

10 Juin 2008