Partager


Quid, de l’Adéma-PASJ ou de l’URD, pourra s’imposer en Commune I du District, lors des élections communales de 2008 ? C’est la principale question qui taraude en ce moment l’esprit de tous les militants et responsables des deux camps. La question est d’autant plus pertinente que, de chaque côté, les responsables fourbissent leurs armes pour ne donner aucune chance à leurs adversaires.

Ceci paraît légitimement compréhensible pour les militants, dans la mesure où, depuis les élections législatives de 2007, la section des deux formations politiques respectives croyait ferme -chacune en ce qui la concerne- en sa force sur le terrain.

Malheureusement, la victoire, qui était beaucoup attendue du côté de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) ne s’est pas réalisée. Si bien que pour ce parti, la bataille a finalement tourné au vinaigre.

En effet, lors de ces élections législatives organisées par notre pays en 2007, au niveau de la Commune I du District de Bamako la liste URD (rappelons que c’était une liste commune) a perdu devant celle de l’Adéma-PASJ, dont le candidat était Wali Diawara et ses aliés. Cet échec était pourtant contraire à toutes les prévisions.

Après avoir “mordu la poussière”, l’URD n’a pas du tout digéré cette defaite, en raison mêm de la confiance que le parti nourrissait, eu égard à son poids sur le terrain. Rappellons qu’avant même l’échéance, la section URD était considérée comme la section la plus active, de par ses initiatives (manifestations folkloriques, matches de football, gestes de charité à l’endroit de couches défavorisées de la Commune…) en vue de captiver l’attention de la jeunesse.

Ce sont autant d’actions par lesquelles les responsables de l’Union pour la république et la Démocratie s’étaient illustrés (s’ils ne le font pas encore), dans presque toute la Commune I. Ce qui fait d’ailleurs qu’à un moment donné, le parti était la seule formation politique à pouvoir dire qu’elle captive l’attention des populations de la Commune.

Nous avons tiré plein d’enseignements de ces élections législatives, pour ne plus tomber encore dans l’erreur”, disaient les militants du parti. Mais en politique, tout le monde peut se tromper sur sa force réelle.

Avant tout, il y a lieu de comprendre que la plupart des militants ne sont pas inscrits sur les listes électorales. D’où ces propos tenus, en substance, par un responsable à tous points de vue désabusé par la situation : “Que voulez-vous qu’on fasse, le jour du scrutin?”.

Ce qu’il faut avouer, c’es que l’Union pour la République et la Désmocratie a subi un véritable revers, lors de ces législatives de 2007 en Commune I du District. Cela devait arrive, d’autant plus que la section, en plus de n’avoir pas fait un bon choix sur son candidat, était allé en liste avec des alliés pas du tout crédibles au niveau de la Commune.

Toutes choses qui font que ce qui devait arriver arriva, au grand dam du Bureau Politique National du parti, qui croyait que de ce côté, rien ne pouvait le priver de la victoire.

Ce fut un leurre, car tout le monde -le parti en premier- s’était trompé en sous-estimant les capacités réelles et le poids de l’adversaire qui n’était autre que l’Adéma-PASJ. C’est pourquoi, selon tous les responsables de l’URD, les prochaines communales s’offriront comme une meilleure occasion pour prendre la revanche.

En effet, l’Union pour la République et la Démocratie n’est pas du tout disposée à se laisser faire, face à l’échéance qui s’annonce. Aussi, chaque jour, les responsablesmontrent de l’URD font montre d’un engagement et d’une détermination étonnantes, pour remporter cette future bataille. La question était d’ailleurs au centre d’une Assemblée Générale tenue par la section, le week-end dernier.

Lors de cette Assemblée Générale d’information, presque tout le monde a insisté sur les enjeux de cette future bataille. A partir d’elle, la section URD de la Commune I voudrait que le parti de la “poignée de mains” soit la première force du pays. Un défi qui n’est pas du tout facile à relever, surtout quand on pense que l’adversaire d’en face (l’Adéma) dispose de grands atouts pour s’imposer toujours comme la première force.

Certes, l’Adéma-PASJ connaît quelques problèmes de fonctionnement. Mais il ne fait aucun doute que ses responsables sont habitués à lancer des peaux de bananes sous les pieds des uns et des autres.

Toujours est -il qu’à l’heure actuelle, tout le monde semble prendre conscience de l’énormité du défi à relever, le seul combat actuel qui vaille. Le seul slogan est donc : “La reconquête du pouvoir en 2012 !”. Ce qui ne passera pourtant, et surtout, que par les communales.

En Commune I du District donc, on est en droit de pronostiquer sur les chances de tout un chacun, en ce qui concerne l’URD et l’Adéma-PASJ. Entre le premier qui veut conserver sa place et le second qui veut s’y hisser, nul doute que la bataille sera sans cadeau, pour ne pas dire sans pitié.

Laya DIARRA

03 Juillet 2008