Partager

Depuis la tenue du meeting des amis de Soumeylou Boubèye Maïga, le 26 novembre dernier, le Comité Exécutif de l’ADEMA a déclaré la guerre à son premier vice – président, au point qu’il a été suspendu par l’instance dirigeante, en attendant son exclusion, proposée à la Conférence nationale de janvier prochain. Cette décision du 29 novembre sera expliquée et défendue par des délégations ADEMA, dépêchées dans les 55 sections de l’intérieur. De plus, des conférences régionales seront tenues dans les huit régions du Mali avant la Conférence nationale, annoncée pour les 27 et 28 janvier 2007. La finalité de ce branle-bas est de réussir, sans bavure l’exclusion, de Boubèye et autres.

Décidés qu’ils sont à en découdre avec Boubèye, Dioncounda Traoré et ses camardes se sont retrouvés en réunion peu ordinaire, le mercredi 5 décembre, pour élaborer un plan de guerre contre le premier vice-président qui a commis le péché originel d’affirmer haut et fort qu’il « est disponible, prêt et engagé » pour la présidentielle de 2007.

En effet, le Comité Exécutif a décidé d’envoyer des émissaires dans les 55 sections de l’intérieur et même à l’extérieur pour prêcher la bonne parole : « la suspension de Boubèye et sa radiation prochaine du parti« .

Ces envoyés très spéciaux auront également la lourde responsabilité d’expliquer aux militants, le choix controversé de l’ADEMA qui consiste à ne pas aligner un candidat du parti dans le starting bloc de la présidentielle du 29 avril prochain.

La première vague des délégations ADEMA a quitté Bamako le week-end dernier. D’autres suivront en fin de semaine.
Quant au président Dioncounda Traoré, il se chargera d’animer les conférences dans les six communes du District.

La deuxième étape de la « démolition » programmée de Boubèye sera marquée par la tenue des conférences régionales dans chacune des huit capitales administratives du pays. Là également, Boubèye, le soutien électoral à ATT et la signature de la plate forme d’Alliance pour la Démocratie et le Progrès ( A.D.P ) seront à l’ordre du jour.

Last but not the least, la Conférence nationale, prévue les 27 et 28 janvier 2007, entérinera toutes les recommandations faites au cours des rencontres précédentes.

Fort des trois cent millions de F CFA qu’il vient de recevoir dans le cadre du financement public des partis politiques, le Parti Africain pour la Solidarité et la Justice entend isoler Boubèye, le couvrir de discrédit en l’accusant de tous les péchés d’Israël.

Ce pactole, attribué à l’ADEMA pour lui permettre de jouer son rôle constitutionnel relatif à la conquête du pouvoir, servira à combattre son premier vice – président au profit d’un indépendant.

C’est également une aubaine pour certains du Comité exécutif de s’attribuer des frais de mission exorbitants sur le dos du peuple ADEMA.

Quand il s’agit de soutenir sincèrement ATT en défendant ses choix, impulser les actions du gouvernement et sensibiliser les populations sur les difficultés du pouvoir, le parti de l’abeille brille par son absence sur le terrain.

Mais quand il s’agit d’un soutien de circonstance, d’un soutien démagogique pour quelques strapontins et maroquins, le parti est fortement présent.


Chahana TAKIOU

12 décembre 2006.