Partager

La grande surprise du 4ème congrès ordinaire du Parti Africain pour la Solidarité et la Justice a été l’absence du Secrétaire politique sortant, Seydou Traoré, au sein du nouveau Comité Exécutif, composé de 80 membres. Nombreux sont les observateurs de la scène politique qui continuent de s’interroger sur les raisons de ce départ inattendu.

De nos investigations, il est ressorti que les abeilles de la région de Ségou n’ont pas apprécié, du temps où il était ministre, son engagement dans les activités du Mouvement citoyen au détriment de sa propre formation politique. Ensuite, depuis qu’il a quitté le département de l’agriculture, il s’est démarqué des activités du parti. Jusqu’au moment où le renouvellement des organes a démarré (juillet dernier) dans la perspective du congrès d’octobre passé.

Dans un souci d’apaisement, Seydou Traoré sera maintenu au sein de la section de Ségou. Mais pour entrer au Comité Exécutif, la Coordination régionale de Ségou a établi une liste de sept personnes sur laquelle Seydou Traoré ne figure point.

Cette raison supplémentaire a complètement abattu l’ancien ministre de l’Agriculture non moins président de la CENI. Aussi, a-t-il décidé de boycotter le congrès qu’il a suivi à distance. Il a donc croisé les bras, pensant que ses camarades allaient se pencher sur son cas comme ils l’ont fait pour Soumeylou Boubèye Maïga. Mal lui en a pris. Parce que Soumana Mory Coulibaly, membre de la commission restreinte, chargée de faire les premières propositions d’un bureau dit consensuel, a voulu repêcher «Seydou criquet». Mais il s’est buté à la vigilance des autres membres de cette même commission qui a privilégié les listes régionales.

La question que l’on se pose est de savoir comment Seydou Traoré, puissant ministre de l’Agriculture durant cinq longues années, n’est pas parvenu à se maintenir ? Tandis que Madani Diallo, membre de la même section que lui, en chômage politique depuis cette période, arrive à lui damer le pion.

Cette situation s’explique par le fait que Seydou Traoré, encore une fois, a misé beaucoup plus sur l’organisation politique que dirigeait Djibril Tangara que sur son propre parti, l’ADEMA.

De plus, il avait commencé à s’intéresser à la famille présidentielle, une attitude que Koulouba désapprouve. C’est pourquoi, ATT l’a rapidement évincé du gouvernement pour éviter qu’il ne souille la réputation des êtres qui lui sont chers.

Marimanthia Diarra, Secrétaire général du parti, était également membre de l’équipe Pinochet. Cependant, il n’a jamais rompu avec sa base malgré son soutien sincère au président ATT. Il vient d’être reconduit au même poste. Le secrétaire politique sortant n’a pas été bien inspiré tout au long de son mandat. On ne lui connaît aucune action positive au Secrétariat politique de l’ADEMA. Et en terme de bilan, il est considéré comme un piètre Secrétaire politique. Comme on le dit, qui sème le vent récolte la tempête.

Seydou Traoré n’a pas été à la hauteur sinon, il allait siéger aujourd’hui parmi les 12 vice-présidents de la ruche, à l’instar de son prédécesseur, Tiémoko Sangaré, qui jouit plus que lui d’une légitimité historique.

Chahana TAKIOU

05 Novembre 2008