Partager

L’Adéma-PASJ, ancien parti majoritaire au pouvoir, en cette veille d’élections générales, tout comme à la veille de celles de 2002, est en proie à certaines difficultés qui, si l’on ne prend garde, pourraient être de nature à influencer négativement sur ses scores aux différentes élections programmées. En effet, depuis le meeting de lancement de l’ASMA, mais aussi le lancement de Convergence 2007 qui ont tous eu lieu dans le même cadre du Palais des Congrès de Bamako le 25 novembre dernier, la Ruche est entrée en effervescence. Sanctionné par le CE du parti pour violation des textes, Soumeylou Boubèye Maïga vient de passer devant la commission de discipline du parti. Là, encore, il semble que la question n’est pas définitivement tranchée.

SBM NON SOLIDAIRE DE LA DECISION DU CE

Le premier vice-président du parti Soumeylou Boubèye Maïga, initiateur de cette activité, depuis, a été pris à partie par les autres camarades du CE du parti qui sont majoritairement favorables à la transformation du soutien politique de l’Adéma à ATT en soutien électoral. Depuis, il y a eu plusieurs activités, voire tractations autour de la question. Les autres membres du CE du parti ont-ils été surpris par l’option du premier vice-président du parti? Loin s’en faut, seulement ils ne l’ont pas agréée.

Alors, estimant qu’il a posé un acte d’indiscipline, il a été sanctionné par la suspension par le CE pour indiscipline et insoumission à la volonté des membres du CE. Ayant compris que son option ne fera pas l’unanimité, et en raison du fait qu’il ambitionne d’être candidat aux élections présidentielles de 2007, le premier vice-président a pris ses distances par rapport à la volonté commune. Ceux qui pensaient que cette situation était définitivement gérée avec la sanction prise par le CE doivent se détromper car, conformément aux textes du parti, c’est la commission de discipline qui devait statuer sur la question. Son avis est essentiel pour entériner la décision du CE ou alors la rejeter purement et simplement.

SBM DEVANT LA COMMISION DE DISCIPLINE

Après un long moment de commentaires sur le sort du premier vice-président du parti scellé par le CE de l’Adéma, voilà qu’il a été finalement entendu par la commission de discipline. Toute chose qui explique, si besoin en était, que le débat est loin d’être clos. Ainsi, selon les informations qui nous sont parvenues, il ressort que le premier vice-président de l’Adéma, Soumeylou Boubèye Maïga est resté fidèle à ces déclarations tant au CE du parti que face à la commission de discipline.

Encore une fois, il a été posé le sempiternel problème relatif aux insuffisances des textes du parti. Au regard de ce constat, que dire alors de la sanction infligée à Soumeylou Boubèye Maïga par le CE du parti, surtout lorsqu’on apprend que certains membres de la commission de discipline du parti sont également formels qu’il va être difficile que l’on puisse gérer ce différend à partir des textes du parti? Somme toute, le problème Soumeylou reste posé à l’Adéma. Et à en croire ses propres déclarations, certains seraient en train de travailler à le pousser vers la sortie.

Si tel était le cas, le premier vice-président du parti va-t-il se laisser faire? Rien n’est moins sûr. Peut-on alors en déduire qu’il est possible que Soumeylou Boubèye Maïga se présente sous le label de son parti, dès lors que la sanction du CE se révèle nulle et de nul effet?

En tout cas, le débat semble être loin d’être clos. Pour le reste, c’est le temps qui nous en dira.

Moussa SOW

26 janvier 2007.