Partager


L’ADEMA-PASJ devenu la première force politique à l’Assemblée Nationale a occupé la présidence de l’Assemblée Nationale. En effet, Dioncounda Traoré élu à Nara et non moins président du parti de l’Abeille a été élu par ses pairs à la présidence de l’Assemblée Nationale. Du coup, au sein de la Ruche, sa succession semble ouverte, même si on ne dit rien par rapport à la question.

QUI SUCCEDERA AU PROFESSEUR DIONCOUNDA ?

Le Parti Africain pour la Solidarité et la Justice est devenu la première force politique du Mali eu égard aux résultats des élections législatives de 2007. Il s’est taillé la part du lion avec 51 élus et surclasse du coup tous ses adversaires.

L’URD, le parti de Soumaïla Cissé qui est issu de l’ADEMA est arrivé second avec 34 élus, suivi par le RPM de Ladji Bourama, un autre parti né de la scission de l’ADEMA avec 11 élus.

Donc l’ADEMA originelle a remporté haut les mains les élections législatives, puisque le MPR, le CNID et le PARENA ne totalisent dans l’ensemble que 19 élus, soit moins que le total des élus de l’URD seul. Ainsi, lors de la mise en place du bureau, un accord est intervenu entre l’ADEMA et l’URD pour la formation d’un bureau consensuel. Ces deux partis seuls ont la majorité parlementaire avec 85 élus.

VERS UN CONGRES ORDINAIRE DE L’ADEMA

L’élection de Dioncounda à la tête de l’Hémicycle a été vivement appréciée dans le camp de l’ADEMA. Après l’élection de Dioncounda, son parti s’apprête à organiser son congrès ordinaire selon nos sources. Pour le moment, aucune date n’est avancée pour la tenue de ses assises.

La principale attraction sera sans nul doute l’élection d’un nouveau président. Déjà, des noms circulent pour succéder à Dioncounda parmi lesquels Iba N’Diaye. Actuellement, il fait office de président du parti étant donné que les nouvelles fonctions de Dioncounda ne lui permettent plus de s’occuper convenablement du parti.

Il va de soi que quelqu’un d’autre soit désigné afin de prendre des décisions qui engagent le parti. Rappelons que Dioncounda préside aux destinées du parti depuis 2000.

LES ENJEUX PRINCIPAUX DE CETTE ASSISE

L’enjeu principal de cette assise sera l’élection d’un homme capable d’insuffler un sang nouveau au parti. Le comité exécutif qui sera mis en place travaillera pour consolider davantage le parti, en réconciliant surtout les différentes tendances. En outre, il aura pour principale tâche de conduire le parti aux élections communales de 2009 et de renforcer les positions du parti en vue des élections législatives et présidentielles de 2012.

Le futur CE travaillera dans le sens de la préservation des acquis c’est-à-dire demeurer toujours la première force politique du pays. Une autre question demeure, Dioncounda Traoré sera-t-il maintenu à la tête du parti, puisque les textes ne sont pas clairs sur ce point. Selon des sources, certains membres du Comité Exécutif travaillent pour qu’il soit maintenu à la tête du parti.

L’ancien président de la République, Alpha Oumar Konaré, selon des sources, a contribué à la victoire de son parti aux dernières élections législatives en apportant une contribution financière non négligeable. Un retour probable de ce dernier n’est pas à écarter et il dispose de toutes les cartes pour faire élire ou maintenir ses hommes à la tête du parti.

L’ADEMA VISE 2012

En s’abstenant de désigner un candidat issu de ses propres rangs pour la présidentielle, le parti de l’Abeille se positionne pour 2012. Cette décision prise lors de la conférence nationale n’est pas le fruit du hasard. Sachant bien que le bilan du président sortant était flateur et élogieux, l’ADEMA, en agissant, savait qu’il avait moins de chance pour battre Amadou Toumani Touré.

Pour ne pas gaspiller les ressources et se discréditer auprès des électeurs, le parti a décidé de soutenir la candidature de l’actuel locataire de Koulouba. Ce qui a tout de même évité au parti une nouvelle cassure, puisque le choix d’un candidat à l’ADEMA n’est jamais facile dans la mesure où tous les cadres du parti peuvent et veulent être candidats. C’est le principal problème à l’ADEMA-PASJ.

Il faut noter le départ de Soumeylou Boubèye Maïga, qui était le 1er vice-président du parti, même si cela semble avoir eu moins d’impact sur le parti que lors des départs d’IBK et de Soumaïla Cissé.

Mamadi TOUNKARA

13 septembre 2007.