Partager

«Je voudrai rendre grâce au tout puissant d’avoir permis ce jour où je me retrouve devant vous à la fois profondément conscient de ma finitude mais fier de votre confiance qui me vaut le redoutable honneur de porter les couleurs de notre grand parti à l’élection présidentielle de 2012 ». Sa victoire aux primaires qui lui a prévalu d’être le candidat du plus grand parti à l’élection présidentielle, Dioncounda l’a voulue collective et partagée entre tout le peuple Adema qui l’a voulue. Je suis le candidat de tout le peuple Adema, aurait-il pu dire. C’est aussi la candidature de « tous ceux camarades qui connurent les affres de la prison, ceux qui sont morts sous la torture ou de ses séquelles… »

Le candidat a dit sa reconnaissance à ses camarades, compagnons et amis dans d’autres partis politiques. Mais aussi aux militants de base qui ont su préserver l’unité et la cohésion du parti africain pour la solidarité et la justice, pour avoir compris que dans la division, la victoire est soit impossible, soit fortement précaire.

Dioncounda a particulièrement adressé ses salutations militantes au « camarade » Alpha Oumar Konaré, avec qui l’ADEMA- PASJ eut « le privilège de conduire les premiers pas du Mali démocratique ». Le candidat de l’Adema ne s’est pas privé de saluer en lui, « le militant passionné de la démocratie dont les convictions fortes ont permis de libérer les initiatives, de booster la créativité des Maliens, amorçant un développement perçu dans les coins les plus reculés de la République », a expliqué le candidat de l’ADEMA.

Pour Dioncounda Traoré, ce sont ses convictions fortes, son volontarisme et sa patience qui ont permis au Mali de compter parmi les rares vitrines des démocraties africaines « en nous permettant de connaitre notre première alternance démocratique en 2002 ».

Il a salué en lui « l’inventeur du concept des pays frontières, le panafricaniste impénitent qui, en un mandat à la tête de l’Union africaine, a porté l’Afrique vers la hauteur et la considération des opinions africaines et de la communauté internationale ». Le président de l’ADEMA-PASJ, Dioncounda Traoré, s’est dit conscient des ‘’enjeux’’ du moment, des ‘’périls’’ mêmes qui se profilent à l’horizon. Il compte cependant sur l’aide et le savoir faire de l’ancien Président Konaré pour consolider les acquis de 20 ans d’exercice démocratique, redresser les erreurs inhérentes à cet exercice et aller vers d’autres victoires.

Dioncounda y fonde un espoir d’autant que c’est lui dont l’engagement à la tête de l’Union africaine a permis de « valider une vision partagée du continent, de mettre en place avant les délais le conseil de paix et de sécurité de l’Union, ses pré-institutions monétaires, financières et judiciaires avant de donner à l’Afrique une visibilité qu’elle n’avait jamais atteinte ».

Il a également salué le successeur d’Alpha Oumar Konaré, le Président Amadou Toumani Touré dont l’ADEMA est fière du bilan qu’elle partage pour l’avoir accompagné.

A l’endroit des six autres candidats aux primaires de l’ADEMA, il a dit sa reconnaissance pour s’être désistés en sa faveur permettant ainsi de « préserver l’unité et la parfaite cohésion au sein du parti. C’est par cet acte qu’ils ont donné la preuve que tout comme moi, ils méritaient d’être choisis ».

« L’ainé que je suis perçoit toute la portée de cet acte qui a permis que nous soyons aujourd’hui dans cette salle, divers, différents certes, mais regardant avec le sourire et en toute confiance dans la même direction, celle de la mobilisation du parti pour son projet de société qui est celui d’un Mali démocratique, prospère, solidaire et juste. C’était notre combat hier et c’est notre combat aujourd’hui ! », assène le candidat sur un ton déterminé.

Le projet de société de l’ADEMA qui constitue l’ultime justification de sa candidature, selon lui, s’articule autour de la lutte contre la précarité, la sécurité alimentaire, l’éducation, la santé, la solidarité, l’égalité et la justice.

B. Daou

2 Août 2011.